Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une canaille et demie de Iain Levison

Iain Levison
  Tribulations d’un précaire
  Un petit boulot
  Trois hommes, deux chiens et une langouste
  Arrêtez-moi là !
  Une canaille et demie
  Ils savent tout de vous

Iain Levison est un écrivain américain d'origine écossaise né en 1963. Il vit à Philadelphie.

Une canaille et demie - Iain Levison

Duel de personnalités
Note :

   Iain Levinson, menuisier de son métier, s’est fait remarquer avec une première publication qui fut un best seller, "Un petit boulot". Son nouveau roman (policier), "Une canaille et demie" fait sans aucun doute partie de ces nombreuses productions du genre, bien menées, suivant une structure solide aux divers rebondissements qui s’imposent. Bref, un livre qui se lit vite, avec plaisir, et qui s’oublie assez rapidement une fois refermé.
   
   Nous sommes dans le New Hampshire, aux Etats-Unis. A peine libéré de prison, Dixon accompagné de chicanos fous de la gâchette, braque une banque. Un braquage qui tourne mal et qui conduit Dixon, blessé, dans une fuite impréparée et vers l’inconnu. Il va échouer à Concord et obliger Elias White, un minable petit professeur de l’Université locale, spécialiste de l’Allemagne du IIIe Reich, amateur de jeunes filles en fleur et en soquettes blanches, auteur d’un précis provocateur visant à magnifier Hitler, histoire de se faire un nom dans le milieu universitaire, à l’héberger et à le soigner.
   
   Deux caractères vont alors cohabiter et se confronter. Dixon, le tueur, le taulard froid et combinard qui découvre le monde secret de la moyenne bourgeoisie locale et la vie peu reluisante, vide de sens et d’amour de celui qu’il force à l’héberger en le faisant chanter. White, l’intellectuel minable sous l’emprise de la terreur et qui peu à peu va prendre de l’ascendant sur un monde qu’il ne soupçonnait pas et se révéler le plus fin à un jeu dangereux.
    L’intérêt se situe dans ce crescendo psychologique, dans ces basculements successifs qui font qu’un petit pas en entraine un autre pour, au bout du compte, faire basculer les choses vers ce qui paraissait au départ impensable. Le tout dans l’Amérique aux apparences bien pensantes et comme toujours, tapageusement discrète.
   
   C’est bien fait mais non indispensable.

critique par Cetalir




* * *