Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rêves de Russie de Yasushi Inoué

Yasushi Inoué
  Le fusil de chasse
  Le sabre des Takeda
  Le maître du thé
  Le château de Yodo
  Shirobamba
  Rêves de Russie
  La chasse dans les collines
  Le faussaire

Yasushi Inoue (井上靖) est un écrivain japonais né en 1907 et décédé en 1991.

Rêves de Russie - Yasushi Inoué

Récit de... naufrage
Note :

   Oui, ce récit de voyage est avant tout un récit de naufrage et le long voyage qui s'en suivit lui-même fut imposé et non pas librement décidé par les voyageurs. Nous sommes au XVIIIème siècle. Le commerçant Kôdayû charge sa marchandise sur un navire pour aller commercer sur les côtes japonaises, mais une grosse tempête anéantit ses projets, transformant le navire en épave et réduisant sa population à 16 survivants. Ces marins et Kôdayû, qui sera leur chef, errent sur les mers pendant très longtemps (heureusement, ils ont des vivres) et quand ils toucheront enfin terre à nouveau, ce sera très loin au nord, sur une île des Aléoutiennes où ils découvriront d'abord les indigènes, puis les Russes qui dominent alors cette région. Les uns comme les autres sont amicaux et tout se passe bien si ce n'est que le navire achève de sombrer et que le climat de la région se révèle très rude...
   
   De climat sibérien en famine, peu à peu le nombre des survivants se réduit et nous suivons leurs pérégrinations de longue durée (puisque de là ils iront au Kamtchatka puis jusqu'à Saint-Petersbourg!) Le tout, à pied ou en traineau, mais "Tant que ses pieds touchent le sol, songea-t-il, l'homme peut toujours tenter d'améliorer les choses par son jugement, sa résolution et ses sacrifices."
   C'est ainsi que pense Kôdayû leur chef et nos Japonais du 18ème siècle iront loin, dans tous les sens du terme. Leur but reste cependant de retourner un jour au Japon, mais pour cela il leur faudrait disposer d'un fort navire et d'un équipage, chose peu aisée pour quelques pauvres naufragés en terre inconnue. Car à l'époque, le Japon est fermé comme une huître et n'a aucun contact avec aucun pays étranger. Il ignore tout d'eux, ils ignorent tout de lui. Et le temps passe, des années...
   
   Et puis, faut-il revenir? Est-ce le meilleur choix? Les avis commencent à diverger.
   "A partir d'aujourd'hui, nous avons le devoir de changer notre façon de pense. J'ignore où nous nous trouvons, mais nous devons nous persuader que nous y sommes nés et y avons été élevés. Sans cela, nous ne pourrons survivre. Mais nous vivrons et connaitrons encore de bons moments où nous boirons de l'alcool et chanterons."
déclare Kôdayû au début, mais il fait cependant partie de ceux qui, jusqu'au bout voudront rentrer.
   
   Y parviendront-ils? Où? Pourquoi? Comment? Je ne vous en dirai rien car il faut dire que conformément à la manière de Yasushi Inoué, c'est déjà un récit qui avance lentement alors, si en plus, je vous en divulgue les rebondissements et la fin... (évitez les quatrièmes de couverture)
   
   L'auteur a fait précéder son roman d'une introduction présentant de façon détaillée tous les documents sur lesquels il a appuyé son récit car c'est bien d'un roman historique qu'il s'agit et aucun fait important n'a été inventé. D'autre part, dans le cours du roman, il n’hésitera pas à insérer de longues pages explicatives et documentaires, ce qui sera plus du goût du lecteur historien ou géographe que de l’amateur d'aventures. On y croise par ailleurs quelques personnages célèbres dont un ou deux Français,
   
   Intéressant quand même, la preuve, je suis allée jusqu'au bout, mais je conseille de s'imprimer une carte qui va des Aléoutiennes à Saint- Petersbourg et de la garder entre deux pages du livre pour mieux suivre le récit (sauf si vous connaissez parfaitement le nom et la localisation des villes se trouvant approximativement sur cet itinéraire, bien sûr).
   
   
   PS : A ma connaissance, aucun rapport entre ce roman sibérien et cette étonnante couverture fleurie de chez Points. Je reste on ne peut plus dubitative... Comme je le disais, ils auraient mieux fait de mettre une carte.

critique par Sibylline




* * *