Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Quand j'étais Jane Eyre de Sheila Kohler

Sheila Kohler
  Quand j'étais Jane Eyre

Sheila Kohler est une écrivaine d'Afrique du Sud, née en 1942 à Johannesbourg et ayant vécu longtemps en France et aux Etats Unis où elle vit actuellement.

Quand j'étais Jane Eyre - Sheila Kohler

Quand je suis Charlotte...
Note :

   "Quelle est cette manie familiale d'aspirer à la célébrité et à la gloire? Quelle folie!"
   
   Intriguée par tout un pan de la vie de Charlotte Brontë resté dans l'ombre, celui pendant lequel elle a rédigé le roman qui la rendra célèbre et changera sa vie, "Jane Eyre", Sheila Kohler a imaginé ce qu'avait bien pu vivre l'écrivaine durant cette période.
   
   Avec sensibilité, elle brosse le portrait de cette famille marquée par la mort, la maladie, la pauvreté, l'égocentrisme d'un père, mais aussi par ce lien formidable à l'écriture qui unit les quatre enfants survivants de la fratrie Brontë. Branwell, le frère chéri, gaspillera ses dons dans les opiacées et l'alcool, mais Charlotte, Emily et Anne qui ne feront que de brèves et malheureuses incursions dans le monde extérieur à celui de leur presbytère, sauront , à des degrés différents, braver les interdits de l'époque et rédiger des romans qui seront parfois jugés "choquants, brutaux, anti-chrétiens et anti-bourgeois" car révélant la violence de leurs frustrations.
   
   Sheila Kohler a choisi de centrer son roman sur Charlotte (à qui je préfère largement sa cadette Emily, je le confesse), la seule qui aura pu accéder à un peu de bonheur, mais elle ne sombre jamais dans le pathos, évoquant avec sobriété la vie difficile de la famille Brontë. Des retours en arrière permettent d'évoquer les principaux épisodes de leur trop brève existence.
   
   J'ai beaucoup aimé la manière dont Sheila Kohler a tissé les liens entre leurs romans et la vie des soeurs, montrant bien leur esprit de revanche, mais n'omettant pas non plus la sourde rivalité (réelle ou imaginaire mais très plausible en tout cas) qui les a animées juste avant l'édition.Un éclairage intelligent, une écriture élégante, une lecture qui ravira les fans (dont je suis!).
   
   260 pages lues d'une traite, même si ellesn'apportent pas de révélations fracassantes, ce qui n'était évidemment pas le lieu!
    ↓

critique par Cathulu




* * *



Brontë for ever
Note :

   Présentation de l'éditeur: (celle de l'édition française. Call me paresseuse)
   
   "Dans le calme et la pénombre, au chevet de son père qui vient de se faire opérer des yeux, Charlotte Brontë écrit, se remémore sa vie, la transfigure.
   Elle devient Jane Eyre dans la rage et la fièvre, et prend toutes les revanches : sur ce père, pasteur rigide, désormais à sa merci, sur les souffrances de son enfance marquée par la mort de sa mère et de deux soeurs aînées, sur sa passion malheureuse pour un professeur de français à Bruxelles, sur son désespoir face à son frère rongé par l'alcool et la drogue, sur le refus des éditeurs qui retournent systématiquement aux trois sœurs Brontë leurs premiers romans, envoyés sous pseudonyme.
   Sheila Kohler se glisse dans la tête de Charlotte Brontë et de son entourage afin de décrire les méandres de la création. Sans se départir du style cristallin de ses précédents ouvrages, elle restitue avec finesse le climat qui a donné naissance aux œuvres des sœurs Brontë : "Jane Eyre", bien sûr, mais aussi "Les Hauts de Hurlevent" et "Agnes Grey", trois joyaux de la littérature anglaise."
   
   
   Commentaire:

   
   Un roman avec "Jane Eyre" dans le titre, je ne peux pas résister et j'ai réellement apprécié ce roman.
   
   En fait, nous oscillons ici entre roman et biographie romancée. Très romancée. L'auteur a choisi une période de la vie de Charlotte Brontë dont on ne sait rien, une époque où elle veillait son père suite à une opération aux yeux à Manchester, pour amorcer son histoire. Celle de Charlotte Brontë mais aussi de son héroïne, Jane Eyre. En effet, quand on lit les romans des sœurs Brontë, impossible de ne pas se questionner à savoir comment des femmes qui n'ont rien vécu, rien connu, qui ont grandi au bout du monde auprès d'un père égocentrique ont pu écrire de tels romans. Dans "Becoming Jane Eyre", on fait le parallèle entre la vie des trois sœurs Brontë (car bien qu'on se centre sur Charlotte, elles sont toutes présentes) et les personnages de leurs romans, ce qui a pu les inspirer. On entre dans les pensées des personnages, on nous les rend réels, sensibles, sans pour autant sombrer dans le pathos ni trop "romantiser" (dans le sens de "vision romantique) leur vécu, pas toujours joyeux, on s'entend.
   
   L'auteure a fait le choix d'être brève, de nous permettre de jeter un coup d’œil à différents moments de la vie des Brontë, juste assez longtemps pour être témoins de la déchéance de Branwell, des tentatives de publication des romans des trois sœurs, des tensions créées par leurs succès et leurs échecs, de la célébrité aussi. Que les sentiments soient réels ou imaginés, ils sont plausibles, criants de réalisme et sont surtout distincts les uns des autres. Les trois sœurs ne sont pas interchangeables ou parfaites, loin de là.
   
   Un roman que j'ai trouvé fort bien écrit (à mon goût à moi), très pudique, avec des atmosphères très réussies, que ce soit dans la petite chambre de malade à Manchester ou dans la maison des Brontë. Ceux qui aiment Jane Eyre seront servis car elle est là, toujours en filigrane. Attention par contre... on raconte pas mal toute l'histoire.
   
   Bien entendu, j'ai le goût de lire tous les romans de Charlotte Brontë maintenant. Et je viens de me rappeler qu'il y a un truc dans ma pile qui s'appelle "Emily's ghost" et qui a un lien avec Emily Brontë... je le lirai sans doute bientôt!
   
   Titre original : Becoming Jane Eyre

critique par Karine




* * *