Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le K de Dino Buzzati

Dino Buzzati
  Le Désert des Tartares
  Nouvelles inquiètes
  Montagnes de verre
  Le K

Dino Buzzati est un journaliste au Corriere della Sera et un écrivain italien, né en 1906 et décédé en 1972 d'un cancer.

Le K - Dino Buzzati

Un K intéressant
Note :

    Retrouver Dino, l'homme qui a changé ma vie, est toujours un plaisir, une douleur aussi car qu'est-ce qu'il m'a fait mal, celui-là! Parce que je n'en sors jamais indemne, bien que je pense avoir lu maintenant une bonne partie de ses nouvelles. Mais me voilà replongé dans les inquiétudes buzzatiennes...
   
    Des nouvelles, des courts récits, des articles, Buzzati en a publié des centaines, lui qui ne quitta jamais le Corriere della Sera. C'est donc le recueil "Le K" qui fait l'objet de cette réaction, rédaction aussi, concernant la cinquantaine d'écrits du livre. J'aime toutes les histoires de ce grand conteur, je l'imagine assez bien les lire lui-même. Elle sont d'ailleurs souvent adaptées au théâtre, leur format bref autorisant un spectacle parfois adapté aux enfants, ce qui à mon avis n'est pas un non-sens tant l'univers de beaucoup de ses nouvelles se joue des générations. Je ne m'attarderai ici que sur quelques-unes de ces nouvelles, parmi celles qui m'ont le plus convaincu. Je n'étais guère difficile à convaincre, et, buzzatien incurable, je ne constitue pas un juré très impartial. De plus j'avoue que je finis par confondre un peu certains textes parmi les nombreux recueils de courts de Dino. J'ai d'ailleurs l'intention de faire une petite recherche dans ma dinothèque pour en extraire quelques réflexions, un petit hit-parade de mes préférences. Je vous fais remarquer que je n'ai à aucun moment évoqué Le désert... qui me colle à la peau. Tiens, je l'ai évoqué.
   
    Il est toujours tenant de voir dans ces sortes de fables, allusions et références à l'histoire de l'Italie. Je n'ai pas trop cette optique, les symboles pouvant parfois nous perdre. "Pauvre petit garçon" est en fait une histoire connue, parfois racontée sous la forme d'une courte blague, d'un goût douteux. Le prénom du héros peut donner une indication. Je n'aime pas particulièrement ce texte, assez éloigné de l'univers de Buzzati. J'aime beaucoup "Général inconnu" qui s'attarde sur le cas, rare, d'un officier supérieur dont on retrouve le squelette sur un chantier, et qui attire les moqueries, lui qui n'est pourtant pas mort sous les tentures du Ministère de la Guerre, et qui n'est pas honoré comme un modeste première classe, lui qui avait manifestement un ventre rond constellé de médailles.
   
    Les personnages de Buzzati sont souvent fatigués, à bout de course, désabusés, des Lieutenant Drogo vieillissants. Ils m'en fascinent d'autant plus. Ainsi Stefano Merizzi, industriel, nul au golf et qui pour une fois brille sur les greens. Inquiétant, non? (Le dix-huitième trou). De toute façon c'est toujours très inquiétant avec cet écrivain, et moi je m'inquiète avec lui depuis 35 ans et ça ne s'arrange pas. Le pire n'est pas sûr, mais, il est certain que ça y ressemblera.
   
    "Ainsi les années étaient passées inutilement. Et aujourd'hui il était trop tard".
Putain, comme tu y vas fort Dino, et voilà qu'on reprend du Désert... Car c'est bien ça, les toutes dernières lignes de Et si? Construite à l'aide d'anaphores, cette nouvelle est la plus impressionnante. "C'était lui le Dictateur. C'était lui le grand Musicien. C'était lui le grand Chirurgien. C'était lui le grand savant. C'était lui le Généralissime... C'était lui le blogueur besogneux " (là c'est un rajout du blogueur besogneux en personne, mais ça colle quand même). Une jeune femme a traversé le Jardin de l'Amirauté, un rien, un foulard, un effluve, un mouvement de tête. Mais c'est fini. Dino quand consentiras-tu à me foutre la paix?

critique par Eeguab




* * *