Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Et devant moi, le monde de Joyce Maynard

Joyce Maynard
  Long week-end
  Les filles de l’ouragan
  Et devant moi, le monde
  Baby Love
  Une adolescence américaine - Chronique des années 60
  L'homme de la montagne
  Les règles d'usage

Daphne Joyce Maynard est une écrivaine américaine née en 1953.

Et devant moi, le monde - Joyce Maynard

Dans l'ombre du géant
Note :

   "à ses yeux, je suis quelqu'un à qui on a montré le chemin et qui s'en est délibérément détourné."
   
   A dix-huit ans, Joyce Mainard écrit un long article qui fait d'elle la porte-parole de la jeunesse des années 70 aux Etats-Unis. Ce texte, et la photo qui l'accompagne, lui vaudront une lettre d'un certain J.D. Salinger. S'engage alors une correspondance qui débouchera bien évidemment sur une histoire de fascination et d'emprise entre la très jeune fille et cet écrivain charismatique de trente-cinq ans son aîné.
   
   Quoi qu'en dise le bandeau accrocheur de l'éditeur "Dans l'intimité de Salinger", ce récit ne tourne pas seulement autour de cet épisode de la vie de Joyce Mainard.
   
   C'est bien plutôt le récit d'une très jeune femme qui mettra énormément de temps à accorder sa vie (marquée par la honte et l'imperfection ) avec le récit édulcoré qu'elle en fait, en brave petit soldat désireux de plaire non seulement à ses parents mais aussi à tous ceux qui la liront. Mainard le reconnaît avec franchise, oui elle a été avide de reconnaissance et de succès, toutes choses qui ne pouvaient que déplaire à l'ascétique Salinger qu'elle a connu. S'il a été le premier à reconnaître en elle un écrivain, la leçon a été plutôt âpre à digérer car, placée sur un piédestal dans un premier temps, la chute n'en a été que plus rude pour Joyce.
   
   Récit pudique mais sincère, "Et devant moi, le monde", fait entendre la voix de celle qui s'est échinée pendant des années à écrire comme si quelqu'un regardait par dessus son épaule mais a enfin trouvé le courage d'admettre que non sa vie n'était pas parfaite et que oui elle avait le droit de mettre à mal le mythe Salinger. On pourra la trouver parfois naïve cette très jeune femme, mais jamais elle ne nous agacera et son histoire trouvera forcément de nombreux échos en nous.

critique par Cathulu




* * *