Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: De grandes espérances de Charles Dickens

Charles Dickens
  Chroniques de Mudfog
  De grandes espérances
  La maison d’âpre-vent
  David Copperfield
  Voie sans issue
  Un conte de deux villes
  Un chant de Noël
  L'ami commun
  La Petite Dorrit
  Le mystère d'Edwin Drood
  Esquisses de Boz
  Les aventures de Monsieur Pickwick
  Ados: De grandes espérances
  Oliver Twist
  Dès 08 ans: Scrooge, Un Chant de Noël
  Barnabé Rudge
  Nicholas Nickleby
  Dès 10 ans: Le chant de Noël en prose
  Histoires de fantômes

Charles Dickens est un écrivain anglais né en 1812 et décédé en 1870.

Vous trouverez sur ce site la fiche de l'ouvrage que Marie-Aude Murail a consacré à Charles Dickens, ainsi que la bibliographie rédigée par J.P Ohl.

Les amateurs pourront peut-être également s'intéresser au fantaisiste "Monsieur Dick" qui tente de résoudre le mystère d'Edwin Drood ainsi qu'au "Drood" de Dan Simmons.

On trouve une des nouvelles de C. Dickens dans le recueil "Les Fantômes des Victoriens" .

Ados: De grandes espérances - Charles Dickens, Marie-Aude Murail

Une adaptation très réussie
Note :

   "Nous ne devrions jamais avoir honte de nos larmes. C’est une pluie qui disperse la poussière recouvrant nos cœurs endurcis."
   

   Pip est un orphelin de sept ans. Malmené par sa sœur, il sauve un forçat grâce à son silence et à la peur qu’il lui inspire, alors qu’il traine au cimetière sur la tombe de ses parents. Il est élevé par sa sœur, qui a 20 ans de plus que lui. Malheureusement elle le maltraite et ce n’est qu’auprès de Joe, son beau frère qu’il trouve réconfort car "Joe et moi étions des compagnons de misère". Il devient d’ailleurs l’apprenti de Joe à la forge. Son destin semble tout tracé.
   
   Un jour, miss Havisham, une femme excentrique qui a été abandonnée le jour de son mariage, demande qu’un jeune garçon vienne jouer chez elle et c’est Pip qui est envoyé. C’est une femme très riche, qui ne sort jamais de chez elle. "Ma sœur voyait dans cette invitation à aller jouer chez miss Havisham mon premier pas vers la fortune". Sur place il tombe vite sous le charme d’Estrella, jeune orpheline que la maîtresse des lieux a prise sous sa coupe, dans le but d’en faire une femme du monde pour qui tous les hommes se pâment, une façon comme une autre de se venger auprès de la gent masculine de sa déconvenue passée.
   
   Mais Pip aspire à une autre existence. Alors qu’il entame sa quatrième année comme apprenti chez Joe, le destin semble enfin frapper à sa porte, en la personne d’un homme de loi. Ce dernier lui confie qu’un bienfaiteur, qui veut garder l’anonymat, lui a légué beaucoup d’argent. En échange de quoi, il doit quitter immédiatement son milieu et recevoir l’éducation d’un gentleman. Mais ce providentiel et généreux bienfaiteur doit rester secret. Pip pense que miss Havisham se cache derrière… Et quitte Joe et aussi Biddy, grâce à qui il a appris à lire et qui le voit partir avec tristesse. Une nouvelle vie commence pour lui…
   
   Sans dénaturer ce sublime texte de Charles Dickens, en se contentant juste d’ôter les trop longues descriptions pour permettre aux jeunes de le lire sans déplaisir, Marie Aude Murail magnifie ce formidable récit, où nous suivons les fortunes et revers du destin de Pip, un héros attachant pas si sympathique que cela.
   
   Je me suis délectée de cette adaptation écrite avec bonheur à la première personne, un vrai petit bijou de sensibilité et d’humour, de cruauté aussi. Et j’ai quitté à regret ces personnages fantasques ou réalistes c’est selon : Joe au cœur d’or, la fantasque Miss Havisham brisée à vie, Estrella l’odieuse… Un roman enchanteur à mettre entre toutes les mains, de 12 à 99 ans… Marie Aude Murail, grande admiratrice de Dickens, conserve l’esprit du grand écrivain, dans ce roman d’apprentissage plein d’humour dont elle a ôté avec bonheur longueurs et répétitions. Tout cela sublimé par les superbes illustrations de Philippe Dumas.

critique par Éléonore W.




* * *