Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La malédiction du chat hongrois de Irvin Yalom

Irvin Yalom
  Et Nietzsche a pleuré
  La méthode Schopenhauer
  Mensonges sur le divan
  Le Jardin d’Epicure
  Le problème Spinoza
  La malédiction du chat hongrois
  En plein cœur de la nuit

Irvin D. Yalom est né à Washington en 1931. Il a grandi dans un quartier très pauvre.

Après de brillantes études, il est devenu Professeur Emérite de psychiatrie à Stanford et psychothérapeute.

Il est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages, romans et essais.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

La malédiction du chat hongrois - Irvin Yalom

Thérapeute engagé
Note :

   Six récits d'inégales longueurs composent ce livre. Six femmes au centre de ces histoires. L'auteur, thérapeute lui-même, se met en scène d'abord lui-même, puis utilise un personnage de fiction (?) le docteur Lash pour les deux dernières parties. Plus on avance et plus on se rapproche de la fiction pour finir en objet littéraire non identifié dans la partie éponyme.
   
   Le premier court récit relate la relation par le rêve d'un homme à sa mère Momma. Suivent quatre presque compte-rendus où la relation thérapeute-patient est au centre. On est dans la réalité. Même si ce domaine ne m'attire a priori que peu, à chaque livre de Yalom, je me laisse embarquer par cette talentueuse façon de raconter. Il sait nous mettre en empathie avec les patients mais mieux que ça, il arrive à nous éclairer sur le rôle du thérapeute, l'engagement qu'il faut mettre dans la relation à son patient. Les sujets abordés sont toujours profonds.
   
   D'abord Paula, atteinte d'un cancer en phase terminale qui continue d'aider ses semblables. Puis le groupe "programme" dans lequel Magnolia a la sagesse communicative. Vient le plus long travail avec Irène, victime de deuils à répétition, en colère, sans grand goût pour cette vie qui ne la gâte pas. Une longue réflexion sur le difficile deuil et la manière de s'en sortir. Enfin l'antipathique Myrna, râleuse et geignarde, moqueuse et butée. On s'accroche alors avec le médecin pour continuer à croire en sa guérison. Long travail sur l'ici et le maintenant.
   
   A chacune de ces analyses analysées, le point de vue du thérapeute, ses doutes et ses choix, ses humeurs et ses convictions, mais aussi le grain à moudre que ses patients lui apportent pour une réflexion sur la vie et la mort, sont livrées de telle façon qu'on comprend mieux l'intérêt, l'engagement et la conscience nécessaires à cette vocation.
   "Eh, réveille-toi! S'ordonna-t-il. Tu es thérapeute. Cet homme est venu à toi pour que tu l'aides et tu t'es engagé vis à vis de lui. Tu ne l'aimes pas beaucoup? Il ne te distrait pas? Il est ennuyeux, distant? Il a un manche à balai dans le cul? Formidable, c'est un bon début. Utilise le! Si tu as cette réaction envers lui, ce doit être le cas de la plupart des gens. Souviens-toi qu'il a entamé une thérapie parce qu'il avait un profond sentiment d'éloignement." P292

   
   La dernière nouvelle est plus mystérieuse, différente par son moindre réalisme, elle lorgne du côté du conte. Le thérapeute, après l'analyse d'un patient perturbé par une femme aux pouvoirs sensuels effrayants, s'éprend de la même Artémis, héritière d'une malédiction...
   
   J'ai retrouvé tout le plaisir des lectures de Yalom : des sujets universels traités à hauteur d'humains, une initiation à la psychanalyse par l'exemple et par le point de vue du médecin. Le tout empaqueté dans un style limpide bien que contrairement aux autres livres du même auteur, j'ai eu le sentiment parfois de ne pas tout saisir... Mais ça n'a que peu d'importance.

critique par OB1




* * *