Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Nous deux mon chien de François Caradec

François Caradec
  Entrez donc, je vous attendais
  Nous deux mon chien
  La Vie exemplaire de la femme à barbe : Clémentine Delait 1865-1939

François Caradec est un écrivain français, biographe et auteur de pastiches, membre de l'Oulipo et du Collège de Pataphysique. Il est né en 1924 à Quimper et mort en 2008 à Paris.
Il participa à "Des Papous dans la tête" de France-Culture.

Nous deux mon chien - François Caradec

De l’importance des chiens imaginaires
Note :

    "Les écrivains, ils me fatiguent. Sur les photos, ils reposent la tête sur le poing, ou deux doigts… Et ça c'est vraiment pour dire que leur tête est pleine et lourde, qu'il y en a plein dans le chou. Et ça, ça m'énerve. Et puis ils sont tous malheureux, ils écoutent tous Mozart, ils ont tous des chats. Il n'y en a pas un qui a un clébard, un perroquet…" Jean-Bernard Pouy, qui tenait ces propos un dimanche sur France Inter, a sans doute apprécié que son ancien complice des "Papous dans la tête" consacre un ouvrage à son chien.
   
   Les chiens littéraires sont extrêmement importants. Surtout pour les jeunes lecteurs. Comme beaucoup d'enfants, j'ai rêvé d'avoir un chien et comme beaucoup d'entre eux, je n'en ai jamais eu et je me suis consolé avec les chiens des livres, avec le Dagobert du Club des Cinq ou avec le Capi de Vitalis dans "Sans famille". J'ai fini par avoir un chien imaginaire, il s'appelait Dick et je devais ressembler à la petite fille que François Caradec évoque dans son livre : "J'ai connu une petite fille qui vivait avec un chien imaginaire. Il la suivait partout. A table, il avait sa place au pied de sa chaise et elle lui donnait à manger les meilleurs morceaux. Dans la rue, elle faisait bien attention avant de traverser. Elle l'emmenait même à l'école : la maîtresse n'en a jamais rien su."
   
    Depuis, j'ai vieilli, ce sont mes filles qui rêvent d'avoir un chien et moi qui ne veux pas. L'autre matin, j'ai failli tomber en me rendant à la salle de bains. J'ai peut-être marché sur la queue d'un chien imaginaire.
   
   
   Présentation de l'éditeur:
   "Après avoir écrit la vie de Lautréamont, de Raymond Roussel, de Christophe et de quelques autres, François Caradec publie celle de son chien, un "Epagneul Saint Sulpice" né au Togo... Mais c'est si court, la vie d'un chien, qu'il ne faut pas autant de pages que pour un homme, même quand ce chien, qui parle et qui chante, décide d'apprendre à son maître à aboyer. A partir de ce jour, la vie de l'auteur devenu bilingue se confond avec celle de son chien. "

critique par P.Didion




* * *