Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mortelle randonnée de Marc Behm

Marc Behm
  Mortelle randonnée

Mortelle randonnée - Marc Behm

Comptez les morts !
Note :

   Invraisemblable histoire que cette mortelle randonnée. Et bizarremment foutue qui plus est.
   
   L’Oeil est détective privé dans une grande agence. Il est aussi un père et mari qui s’est fait larguer très tôt par femme et fille-bébé et qui rejoue l’histoire à perpétuité. Il ne connait rien de sa fille Maggie, sinon cette photo que sa femme lui a expédiée :
   « Puis, à onze heures trente, il sortit la photo du tiroir et l’étudia, comme il le faisait d’habitude le matin, pendant environ une demi-heure, quand il se trouvait au bureau.
   C’était une photo collective de quinze fillettes assises à leur pupitre, dans une salle de classe. Sa femme la lui avait envoyée en 1961, de Washington D.C. d’après le cachet de la poste. «Voilà ta conne de fille, espèce de fumier. Je parie que tu seras pas fichu de la reconnaître, pauvre cloche ! P.S. : Va te faire foutre ! »
   C’était vrai, il ne savait absolument pas laquelle des enfants était Maggie. Il avait pris l’avion pour Washington, et il avait passé deux mois à les chercher, mais il n’en avait pas trouvé la moindre trace. »

   
   Traumatisé donc le monsieur. Et voilà-t-y pas qu’à l’occasion d’une filature pour le compte d’un client il assiste au meurtre d’un homme par une mystérieuse jeune femme. Jeune, mystérieuse, belle, déterminée, … Plutôt que de la dénoncer, il décide de la suivre, puis rapidement de la protéger à son insu. Syndrome du père dont la fille peut être n’importe quelle fille croisée. Pourquoi pas celle-ci ?
   
   Et nous voici partis à suivre l’Oeil qui suit … la jeune femme qui change de nom et de perruque à chaque nouveau meurtre. On sillonne ainsi les Etats Unis, on passe en revue diverses techniques d’élimination d’individus …
   
   C’est bizarre. Original mais mal foutu et somme toute limité.

critique par Tistou




* * *