Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les dimanches de Jean Dézert - L'horizon chimérique - Contes de Jean de La Ville de Mirmont

Jean de La Ville de Mirmont
  Les dimanches de Jean Dézert - L'horizon chimérique - Contes

Jean de La Ville de Mirmont est une écrivain français né en 1886 et tombé sur le Chemin des Dames en 1914.

Les dimanches de Jean Dézert - L'horizon chimérique - Contes - Jean de La Ville de Mirmont

Oblomov made in France
Note :

    Parmi les écrivains français victimes de la guerre de 14, Jean de La Ville de Mirmont n'est certainement pas le nom plus illustre. Au moins, avec sa construction à tiroirs, il a la consolation d'occuper un maximum d'espace sur son monument aux morts. Ce n'est pas le cas de son œuvre, en particulier de ce roman court d'une soixantaine de pages.
   
   On y suit quelques épisodes de la vie de Jean Dézert, obscur employé de ministère en route vers un mariage qui ne se réalisera pas. Qu'importe. Jean Dézert attendra une prochaine occasion car "Jean Dézert a fait sienne une grande vertu : il sait attendre. Toute la semaine, il attend le dimanche. A son Ministère il attend de l'avancement, en attendant la retraite. Une fois retraité, il attendra la mort. Il considère la vie comme une salle d'attente pour voyageurs de troisième classe." On est ici face à un personnage qui rassemble le Bartleby de Melville, l'Oblomov de Gontcharov et l'homme qui dort de Perec. Mais le récit de sa vie n'a rien de pessimiste : Jean de La Ville de Mirmont le mène avec légèreté et ironie, comme un Marcel Aymé un peu en avance sur son temps. C'est un roman très inattendu, très attachant, une voix vraiment originale pour l'époque.
   
   Apparemment, Grasset l'avait déjà réédité en 1929 avec une préface de Mauriac qui fut son ami, avant de le reprendre dans ce volume avec un ensemble de poèmes (L'horizon chimérique) et, plus intéressants, des contes publiés dans Paris-Journal. Parmi ces derniers, "Le piano droit" est un petit bijou.

critique par P.Didion




* * *