Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'affinité des traces de Gérald Tenenbaum

Gérald Tenenbaum
  L'ordre des jours
  Dès 10 ans: Le problème de Nath
  Souffles couplés
  L'affinité des traces
  Peau vive

Gérald Tenenbaum est un mathématicien et romancier français, né en 1952.

L'affinité des traces - Gérald Tenenbaum

Touareg
Note :

   "Claquemurée entre les caisses de munitions, les palettes de corned-beef et les inévitables sacs postaux, elle sent, à travers les vapeurs de kérosène, la qualité de l'air changer. Comme si, à plusieurs centaines de mètres d'altitude, la terre desséchée lui lançait un appel. Tu marcheras ici, oui, c'est ici, sur ce sol étranger, que tes pas laisseront leurs traces. Car les traces, comme les hommes, ont leurs dispositions secrètes, tu verras, sur le sable même, sur le sable surtout, une trace peut en rejoindre une autre. C'est l'impérissable, l'inaltérable magie propre aux traces, leur mystérieuse alchimie, c'est l'ineffable affinité des traces".
   
   Edith, jeune fille juive, a perdu sa famille dans les camps de la deuxième guerre mondiale. Elevée par des familles d'adoption, elle refuse le mariage et l'avenir tout tracé qu'un rabbin de Nancy lui propose. Elle part pour Paris, décidée à prendre sa vie en main.
    Elle s'engage comme secrétaire dans l'armée et se retrouve sur une base au Sahara, à la fin de la guerre d'Algérie, au moment où la France effectue des essais nucléaires.
   
   Le roman s'ouvre sur une scène de violence. Un groupe djihadiste a attaqué un camp touareg et fait prisonnier Taylat et son fils Ibram. Nous passons ensuite à l'histoire d'Edith et il faudra attendre un bon moment avant de faire un lien entre cette ouverture et la suite du récit.
   
   Au début, j'ai été déroutée par l'histoire, le quotidien d'Edith au camp militaire, l'amitié qu'elle noue avec Sevan, l'infirmière, ses rapports avec la hiérarchie militaire, je ne voyais pas très bien où tout cela menait. Et puis, elle fait la connaissance de Mariama, femme touareg dont le mari, Nabil est soigné par les Français. Ses deux fils, Ayuba et Baheyyi, travaillent également au camp. Entre cette femme sans fille, et cette fille sans mère, un lien fort va se tisser prudemment.
   
   Pendant ce temps, un essai nucléaire se prépare, il tournera au désastre, entraînant des pertes humaines. Par ailleurs, Edith, de plus en plus fascinée par la culture touareg à travers Mariama, et par le désert qui l'entoure, va prendre envers et contre tous une voie décisive pour le reste de ses jours.
   
   Je n'ai pas envie d'en révéler davantage, c'est un roman avec un rythme particulier, aux envolées souvent poétiques, qui fait pénétrer dans l'univers des touaregs et leur histoire chaotique, jusqu'à nos jours. Je me suis retrouvée captivée moi-même par ce peuple nomade et ses traditions et de plus en plus intéressée par l'histoire d'Edith.
   
   "La lune aussi est de la partie, dont le prodigieux halo teinte le sable d'un éclat oranger. Sur ce fond d'océan desséché, reliefs ocre et tango, ils sont ainsi trois à marcher. Le silence n'est rythmé que par l'empreinte régulière, dans la terre friable, des soles spongieuses de leurs dociles méharis".
   

   Un roman qui s'appuie sur des faits réels (l'essai nucléaire raté) et les épreuves du peuple touareg, en faisant la part belle à une histoire romanesque à souhait.

critique par Aifelle




* * *