Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Bernadette a disparu de Maria Semple

Maria Semple
  Bernadette a disparu

Bernadette a disparu - Maria Semple

2013 commence en fanfare !
Note :

   "Je crois que vous me confondez avec quelqu'un qui souhaiterait vous connaître."
   
   Bernadette, sa talentueuse fille Bee et son mari, gourou chez Microsoft ,vivent à Seattle, dans une ancienne institution où la frontière entre l'extérieur et l'intérieur est devenue plus que poreuse.
   
   A la veille d'un voyage en famille en Antarctique, Bernadette, rattrapée par ses névroses, disparaît. Sa fille décide de se lancer à sa recherche et découvre bientôt dans son courrier tout un ensemble de documents qui vont lui permettre de brosser un portrait à 360 ° de sa mère, constituant ainsi le texte de ce roman.
   
   Qui est vraiment Bernadette? La pourfendeuse des mères parfaites de Seattle qu'elle appelle "les bestioles"? Une architecte qui a étouffé dans l’œuf ses capacités créatrices? Une femme qui n'a pas su surmonter ses échecs? On pourrait continuer longtemps la liste de ces questions tant est riche la personnalité de cette femme hors du commun qui nous devient de plus en plus proche (et diablement sympathique!) au fur et à mesure de notre lecture.
   
   Bourré d'un humour féroce, ce texte ne ménage pas les rebondissements et nous propose une satire hautement réjouissante d'un monde qui se voudrait parfait et lisse. Les personnages ne sont pour autant jamais présentés de manière manichéenne et l'on ne lâche pas ce roman, sauf pour en retarder au maximum la lecture des dernières pages!
   
    369 pages presque toutes hérissées de marque-pages! Et zou sur l'étagère des indispensables! Je suis terrible, je sais.
    ↓

critique par Cathulu




* * *



Un délicieux coup de cœur
Note :

   "Jamais je n'ai eu l'intention de vieillir dans ce coin morose, en haut à gauche des quarante-huit Etats. Je voulais juste quitter LA parce que j'étais en rogne, aller panser mon ego grièvement blessé, et quand j'aurais eu senti que tout le monde était navré pour moi, redéployer mes ailes pour revenir me poser sur scène et me lancer dans la phase deux, afin de prouver à tous ces connards qui était la putain de déesse de l'architecture".
   

   Dans une famille classique américaine... je demande la mère, Bernadette, celle-là même qui a disparu. Brillantissime architecte qui a obtenu un prestigieux prix à 28 ans pour une maison originale, elle ne s'est jamais remise de s'être fait laminer par son voisin, un abruti de milliardaire. Mortifiée, elle va accepter de suivre son mari à Seattle où il vient d'être recruté par Microsoft.
   
   Le père, Elgie, non moins brillantissime cerveau d'informaticien, petit génie de Microsoft, tellement absorbé par son travail qu'il ne prête pas trop attention à la maison où ils vivent, sorte de monstruosité imposante, animée d'une vie propre, où les ronces s'immiscent partout, soulèvent les tapis, où des portes sont murées sur des pièces menaçant ruine ..
   
   L'enfant, Bee, celle qui raconte. Rejeton de deux génies, que croyez vous qu'il lui arrivât? Surdouée elle aussi. Née enfant bleue, ses débuts dans l'existence ont été douloureux et pénibles, opération sur opération, jusqu'à l'âge de la maternelle. La voilà à quinze ans, plus réfléchie que ses parents, parfaitement intégrée dans une école d'excellence.
   
   C'est un voyage en Antarctique promis en récompense de ses résultats scolaires qui va faire déraper leur vie. Bernadette, asociale et farfelue pour ne pas dire complètement dingue, sait qu'elle ne pourra affronter ni le mal de mer, ni la compagnie des autres. Elle cherche des échappatoires plus folles les unes que les autres, jusqu'au jour où elle disparaîtra pour de bon.
   
   C'est Bee qui raconte l'enchaînement de la catastrophe grâce à des documents et des échanges de mails. Il y a tellement de rebondissements et de personnages dans le roman que je me garderai bien d'essayer de vous raconter. C'est très futé, drôle, enlevé, décapant et surtout on ressent une profonde tendresse pour Bee et Bernadette, la malheureuse Bernadette, totalement décalée dans cet univers formaté et corseté. C'est à mourir de rire chaque fois qu'elle évoque les habitantes de Seattle, "les bestioles", particulièrement sa voisine, Audrey Griffin.
   
   La brillante intelligence de Bee ne sera pas de trop pour sortir d'une situation inextricable après un chassé-croisé émouvant en Antarctique et la démonstration que l'intuition et l'amour d'une fille peuvent soulever des montagnes.
   
   Un délicieux coup de cœur.
    ↓

critique par Aifelle




* * *



A ne pas rater !
Note :

   Bernadette a la cinquantaine, un mari travaillant chez Microsoft (Seatle), une fille de quinze ans plutôt douée et futée fréquentant une école privée originale, et semble n'être qu'une femme au foyer un peu folle fuyant les autres et bossant dans une caravane (nommée Le Petit Trianon) établie dans la cour de sa maison humide (où les ronces poussent sous le plancher). Mais le mal être de Bernadette a des racines anciennes et à la suite de diverses péripéties, elle disparaît dans l'Antarctique.
   
    Il faut absolument découvrir Bernadette, sa voisine Audrey Griffin, d'autres parents d'élèves, bref, tout le petit monde qui gravite autour d'elle, à son grand dam. Ce roman est drôle, pétillant, formé (on saura pourquoi) de lettres, mails, rapports formant un tout qu'on ne lâche pas. Bonne lecture!!!
   
   
   Je cite :
   
    "Plus tôt vous apprendrez que c'est à vous de rendre votre vie intéressante, mieux vous vous porterez."
   
    "Je crois que vous me confondez avec quelqu'un qui souhaiterait vous connaître."
   
    "Quand nos yeux fixent l'horizon sans bouger pendant une longue période, ton cerveau secrète des endorphines. C'est comme le bien-être qu'on ressent quand on court. De nos jours, on passe nos vies à scruter des écrans situés à trente centimètres devant nous."

critique par Keisha




* * *