Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le cartographe de Guillaume Jan

Guillaume Jan
  Le cartographe
  Traîne-savane

Guillaume Jan est né en 1973. Il a été palefrenier, barman, chercheur d’or, auto-stoppeur, libraire et grand reporter. Il vit aujourd’hui à Paris.
(Source éditeur)

Le cartographe - Guillaume Jan

Départs ratés, arrivées aléatoires...
Note :

   Lazare, jeune homme vivant de petits boulots est ravi lorsqu'on lui propose d'accompagner un groupe de rock à Sarajevo. Persuadés que ces concerts en Bosnie marquent le début d'une tournée en Europe de l'Est, les deux musiciens et Lazare sont impatients. Sauf que les concerts sont plus que moyens, et que leur camionnette de location et leurs instruments sont volés au milieu de la nuit. Lazare laisse alors les deux hommes rentrer en France, et démarre, contre son gré, un long périple dans les Balkans.
   
   Sur les pas de Lazare, qui se déplace principalement en auto-stop, on découvre la vie de nombreux pays des Balkans, souvent peu connus par ici : Albanie, Macédoine, Moldavie. Pourtant, rien de documentaire dans ce roman, car Lazare s'y rend souvent de manière totalement inattendue : une perte de portefeuille qui l'empêche de prendre le bus pour Paris, une tempête en mer qui retarde son arrivée dans le port ou une beuverie qui lui fait rater l'heure de départ du ferry pour l'Italie.
   
   Hormis toutes ces péripéties qui rythment parfaitement les aventures de Lazare, ce sont également les rencontres que fait Lazare qui sont intéressantes. Quelques femmes, qui lui apportent réconfort alimentaire et sexuel. Beaucoup d'hommes surtout. comme cet Albanais obligé de rester chez lui pour échapper à la mafia. Ou Martin, ce Suisse rencontré en Ukraine qui lui apprend à vivre de larcins au terrasse des restos et qui l' empêche de terminer dans les prisons d'Odessa.
   
   "Le cartographe" est le premier roman de Guillaume Jan. Il est vraisemblablement inspiré de ses propres voyages. Le titre est lié à l'habitude qu'il a prise de rédiger au dos de sa carte routière quelques notes sur ses aventures. Notes qui lui rappellent sa vie à Paris, Elena et son loyer en retard et le risque d’expulsion de son misérable logement.
   
    Un très plaisant voyage dans les Balkans, en écho à la précarité du monde occidental.

critique par Yohan




* * *