Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La dernière traversée de Guy Vanderhaeghe

Guy Vanderhaeghe
  La dernière traversée
  Comme des loups

Guy Vanderhaege est un écrivain canadien né en 1951.

La dernière traversée - Guy Vanderhaeghe

Une couverture pour le Bison, cuir bien tanné
Note :

    Torrentiel et nourricier comme une rivière de l'Ouest, ce roman du Canadien Guy Vanderhaeghe, "La dernière traversée" est un voyage vers l'Ouest assez proche de l'itinéraire d'Audubon, mais situé une vingtaine d'années plus tard, en 1871. Autant vous dire que c'est un bol d'oxygène littéraire après le pensum susdit. Deux frères anglais s'enfoncent dans l'Ouest à la recherche d'un troisième, disparu. L'un est un officier plein de morgue, l'autre un peintre qui peine à trouver sa voie. Simon, dont on est sans nouvelles, s'est fait embobiner par un prêcheur fanatique. D'autres personnages, une jeune femme dont la sœur a été tuée, un métis coureur des bois, des brutes dégénérées. Je ne prétends pas que "La dernière traversée" soit terriblement original. Mais c'est un très bon roman qui vous emporte sur sa selle en territoire indien, avec un souffle et des caractères bien trempés et ce rêve de l'Ouest qui sommeille en chacun de nous.
   
    Je ne peux que vous inciter à chausser vos éperons pour ce roman dont l'illustration vous ravira certainement. Annie "Brokeback Mountain" Proulx signe la préface, enthousiaste. Au long de 460 pages bien des sentiments parcourent cette aventure pleine de pauvres types prêts à se ruiner pour un filon inexistant et qui de la fortune ne connaîtront que le whisky de contrebande à vous tordre les boyaux et à abrutir les Indiens. Mais Guy Vanderhaeghe reste un romancier de facture classique et avec juste ce qu'il faut d'opposition fraternelle nous concocte une bonne histoire très bien imagée. Je retiendrai notamment les pages souvenirs de la Guerre de Sécession racontée par l'un des protagonistes. Digne de Stephen Crane ou Ambrose Bierce qui savaient ce dont ils parlaient. Tout cela est dans la bien belle collection Terres d'Amérique chez Albin Michel. Comme Welch, Owens, Treuer, une foule d'autres qui régalent bien des lecteurs de mes connaissances.

critique par Eeguab




* * *