Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tu chercheras mon visage de John Updike

John Updike
  Brésil
  Tu chercheras mon visage
  Jours de fête à l’hospice
  Les veuves d'Eastwick
  Cœur de lièvre
  Terroriste

John Hoyer Updike est un écrivain américain né en 1932 et mort en 2009.

Tu chercheras mon visage - John Updike

Egérie sixties
Note :

   Deux personnages seulement mais tout un siècle artistique qui défile.
   A travers l'interview de Hope, peintre, femme âgée, veuve de deux grands artistes du 20ème siècle et d'un riche collectionneur, par une jeune journaliste new yorkaise, l'Art américain de Pollock à Warhol est évoqué.
   
   Hope a toujours aimé les hommes qui eux ne lui ont pas toujours bien rendu cet amour.
   Elle a supporté l'alcoolisme et le talent de son premier mari Zach Mc Coy et ses premières tentatives de dripping. Quand il s'est tué en voiture ses toiles commençaient tout juste à être reconnues.
   
   Puis elle a épousé Guy Holloway mélange de Warhol et de Raustenberg dénonçant la société de consommation tout en l'intégrant à ses tableaux. On pense aux boites de corned beef de Warhol ou au combine paintings de Raustenberf. Vient enfin le dernier mari, Jerry riche collectionneur d'art.
   
   Hope a survécu à ses maris comme elle a survécu à son époque. Elle porte un regard à la fois tendre et sans concessions ni regrets sur sa vie passée avec juste ce qu'il faut de mélancolie comme lorsqu'elle parle de ses anciennes relations "les épouses (...) terriblement drôles et sages, comme seules les femmes savent l'être, de cette sorte de sagesse désinvolte et fascinante, teintée de désespoir"
   
   Interrogation sur la vieillesse, la solitude, la création, le livre de Updike se lit lentement car il se savoure .
   Erudition mais aussi grande portée romanesque comme savent le faire les romanciers américains, « Tu chercheras mon visage » est aussi un hymne au bonheur, bonheur de vivre, de créer, d'aimer et d'être aimé.

critique par Rita




* * *