Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'art de la résurrection de Hernan Rivera Letelier

Hernan Rivera Letelier
  Malarrosa
  Le soulier rouge de Rosita Quintana
  L'art de la résurrection

Hernán Rivera Letelier est né à Talca, au Chili, en 1950, il a toujours vécu dans les déserts des mines de nitrate d'Atacama. Il y a longtemps travaillé comme ouvrier et a entrepris des études secondaires à l'âge de vingt-cinq ans.
(Source éditeur)

L'art de la résurrection - Hernan Rivera Letelier

La bible à refaire
Note :

   Zarate Vega a une toute petite particularité. Minuscule. Il est la réincarnation du Christ et se doit, par conséquent, de diffuser la bonne parole. Mais les voies du Seigneur, pour impénétrables qu'elles sont, n'en sont pas moins difficiles. Et la chair est faible. Quand il apprend que dans une mine vit une prostitué dévote de la Vierge du Carmel, prénommée, ni plus ni moins, Magdalena, il prend son baluchon pour tenter de la convaincre de devenir sa disciple. La rencontre va faire des étincelles.
   
   J'ai craint environ 30 secondes la charge contre la religion à grand renfort de sabots et autres accessoires. Mais non. Point du tout. Non pas que ce ne soit pas moqueur, bien au contraire. C'est même à mourir de rire par moment. Ce brave Christ d'Elqui faisant face aux aléas de la vie d'un messie réincarné ne manque pas de courage et de ridicule. Il faut absolument lire quelques uns de ses conseils et axiomes. Quant à ceux qui lui font face, des fervents aux sceptiques...
   
    Le récit est drôle, enlevé, et le seul reproche que je pourrais lui faire, pour autant que c'en soit un, est que les mésaventures de Domingo finissent par être un brin répétitives. Rien qui ne soit aisément renvoyé dans les limbes par ce mélange halluciné de critique sociale sur fond de lutte des mineurs contre leurs patrons, de paillardise, de folie et de poésie. C'est finalement plus de foi dont il est question que d'argumentation anticléricale, même si la critique là, et bien là.
   
    On balance à chaque page entre fable et réalisme. C'est par moment attendrissant, à d'autre surréaliste, jamais facile, très conseillé pour égayer les soirées d'hiver.
   
   " C'est un bon remède contre l'arrogance des hommes que de tourner la tête de temps en temps et de contempler sa propre merde."

critique par Chiffonnette




* * *