Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'amour mort ou vif de Richard Lortz

Richard Lortz
  L'amour mort ou vif

L'amour mort ou vif - Richard Lortz

Une histoire de fou(s)
Note :

   Il y a bien un meurtre, finalement, mais ce n’est pas un polar que nous avons ici. Je le rangerais plutôt dans la catégorie « Fantastique » :
   
   Monsieur, universitaire vieillissant mais toujours si plein de charme, et Madame beaucoup plus jeune et paraissant l’être davantage encore, ont deux enfants étranges, mais cela est surtout dû au fait qu’ils ne sont absolument pas sociabilisés.
   
   Monsieur a toujours aimé les femmes jeunes, très jeunes, et plus le temps passe, plus il lui est difficile de nier à quel point ce goût est proche de la pédophilie.
   
   Madame a toujours aimé jouer la comédie. Le plus souvent avec mise en scène et costumes, y compris celui d’Eve. Mais la scène ne lui est pas nécessaire. La vraie vie lui convient très bien.
   
   Les enfants vivent en autarcie. Recevant bien peu de soins, ils ont appris à ne pas en attendre.
   Même leurs facultés de communication avec autrui semblent atrophiées.
   
   Les enfants ne savent pas ce Société veut dire, Madame s’en soucie assez peu et Monsieur essaie vaille que vaille de sauver un minimum d’apparence de normalité dans ce monde de fous qui vit dans une grande maison isolée au fond d’un grand parc et à demi en ruine.
   
   Beau papa manifeste une présence quelque peu entêtante.
   
   Il y a bien un psy, mais qui est, ou qui sont, les fous ?
   
   Les papillons de nuit sont bleu-noir. Ah oui. Ils sont un peu étranges aussi. Et nombreux.
   
   Il se passe peu de choses en fin de compte, mais le rythme n’en souffre pas et le lecteur ne s’ennuie pas pour autant.
   
   Le style est excellent. Richard Lortz écrit très bien ce qui n’est pas si fréquent dans cette catégorie de romans.
   
   Bilan : quelques heures agréables. Une fin en queue de poisson, comme forcément toujours avec le fantastique.

critique par Sibylline




* * *