Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Volte-face de Michael Connelly

Michael Connelly
  La défense Lincoln
  Darling Lilly
  L'Oiseau des ténèbres
  Les égouts de Los Angeles
  A genoux
  La blonde en béton
  La glace noire
  Le Verdict du plomb
  Le dernier coyote
  L'Epouvantail
  Le poète
  Les neuf dragons
  Echo Park
  Volte-face
  L'envol des anges
  Créance de sang
  Le cadavre dans la Rolls
  La lune était noire
  Le cinquième témoin
  Lumière morte
  Ceux qui tombent
  Dans la ville en feu
  Les Dieux du Verdict

Né en 1956, Michael Connelly est un auteur américain de romans policiers (en particulier la série Harry Bosch).

Volte-face - Michael Connelly

Accusé de pâleur
Note :

   Je n'avais plus lu Michael Connelly depuis une dizaine d'années, déjà un peu lassé au bout de cinq enquêtes. Cet été je suis donc retourné à L.A. pour une déception assez marquée. «Volte-face» est un produit de confection qui n'a plus rien du thriller comme les concoctait le Michael Connelly de «Créance de sang» ou «L'oiseau des ténèbres». Une précision: on est plus dans le prétoire que dans le polar. Ce qui veut dire pas mal de verbiage administratif et très peu, pas du tout, d’action, puisqu’il s'agit d'une possible erreur judiciaire que l'on réexamine après 24 ans, cause ADN. Mais le système pénal américain est assez récalcitrant au profane et s'est pointé rapidement un sentiment d'ennui. J’ai cependant accordé un sursis à Connelly et ai finalement assisté à toute l'affaire, qui pour moi ne restera pas dans les annales littéraires.
   
   J'aimais bien Harry Bosch, un des enquêteurs récurrents de Michael Connelly. Mais dans «Volte-face» il ne tient guère qu'un rôle subalterne derrière le narrateur, avocat de la défense en général, passé exceptionnellement du côté de l'accusation contre le prévenu, que l'on rejuge pour le meurtre d'une enfant, voire de plusieurs. Et l'auteur de nous initier aux arcanes de la procédure, ce qui tient du pensum. C’est curieux comme j'ai trouvé tout assez laborieux dans ce roman, les palabres s'accommodant mal du thriller et l'enquête ne palpitant guère. De grâce messieurs les auteurs laissez un peu les serial killers en liberté. Ils ont bien le droit de s'exprimer car dans le box des accusés ils sont souvent bien ternes et «Volte-face» aussi fait pâle figure. Ou simplement l'imagination manque à Michael Connelly, ce qui est pardonnable et peut arriver à beaucoup, notamment aux écrivains (trop) prolifiques.
   
   
   Série Mickey Haller
   
   1. La Défense Lincoln, The Lincoln Lawyer, 2005
   2. Le Verdict du plomb, The Brass Verdict, 2008
   3. Volte-face, The Reversal, 2010
   4. Le Cinquième Témoin, The Fifth Witness, 2013
    ↓

critique par Eeguab




* * *



Enquête de prétoire
Note :

   Présentation de l'éditeur:
   
   « Incarcéré depuis vingt-quatre ans pour le meurtre d'une fillette et relâché à la suite d’un test ADN qui semble l’innocenter, Jason Jessup a obtenu la révision de son procès. A la demande du procureur du comté de Los Angeles, Mickey Haller, avocat de la défense, passe pour une fois du côté de l’accusation. A ses côtés, son ex-épouse, Maggie « la féroce », et son demi-frère, Harry Bosch. Le trio doit réunir les preuves et les témoignages susceptibles de confirmer la culpabilité de Jessup et de le renvoyer en prison pour longtemps. »
   

   
   Connelly avait un peu baissé de rythme mais avec cette chronique vue du coté juridique, on est pris dans l'histoire. Haller et Bosch sont réunis pour notre plus grand plaisir, plus l'ancienne femme de Haller. Il est toujours étonnant de voir comment fonctionne la justice américaine. Mélange de politique, d'arrivisme, de probité et de magouille.
   
   Ici, Haller qui d'habitude est du coté des accusés, se voit confier la tache de l'accusation. Un trait caractéristique que l'on ne verrait pas par chez nous me semble-t-il !
   
   Partant de là, ce Connelly est hautement estimable et cela fait du bien.
    ↓

critique par Le Mérydien




* * *



Deux héros récurrents pour le prix d’un
Note :

   Michael Connelly présente l’originalité de disposer d’un nombre conséquent de héros récurrents. Ou du moins occurrents. Harry Bosch, l’inspecteur Hieronymus Harry Bosch, est un des plus utilisés par Michael Connelly, notamment dans le cadre de romans d’enquête. Je ne connaissais pas Mickey Haller, avocat de la défense, en outre demi-frère de Harry Bosch!
   
   Je ne connaissais pas mais j’ai fait sa connaissance puisque "Volte-face" est davantage un roman de la série "Mickey Haller", c’est-à-dire un roman basé sur la procédure d’un jugement au tribunal (aux USA, précisons!) dans lequel l’enquête elle-même n’est qu’incidente.
   
   Mais Mickey Haller, avocat de la défense, se voit appelé à la rescousse par le Procureur du Comté de Los Angeles pour porter l’accusation, passer de l’autre côté de la barre, dans le cadre de la réouverture d’un procès pour un crime vieux de 24 ans, relancé par les progrès procurés par les analyses ADN. Contre toute attente Mickey Haller va porter l’accusation et il va choisir de se faire assister par Harry Bosch, son demi-frère, dans le rôle de l’enquêteur (c’est de la justice américaine dont il est question, encore une fois). Et voilà nos deux héros réunis!
   
   Harry Bosch va donc devoir enquêter sur un crime commis il y a 24 ans, reprendre toute la procédure d’enquête de l’époque et tâcher d’y découvrir les faits qui nourriront l’accusation. Parallèlement, nous assistons à la mise en place de la stratégie devant le tribunal élaborée par Mickey Haller pour ne pas "rater" Jason Jessup, condamné à l’époque pour le meurtre d’une fillette et rejugé au vu des résultats de l’analyse ADN.
   
   Ça reste prenant même si pas aussi haletant que les habituelles enquêtes d’Harry Bosch. C’est plus posé – il y a de la stratégie judiciaire à mettre en place et dont il faut tenir compte. On peut ne pas apprécier cet aspect "judiciaire" mais Connelly reste Connelly et son sens du détail et des cohérences psychologiques de ses personnages n’est pas pris en défaut.

critique par Tistou




* * *