Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ceux de la nuit de David Goodis

David Goodis
  Rue Barbare
  Cauchemar
  Ceux de la nuit
  La blonde au coin de la rue
  Vendredi 13

David Goodis est un romancier américain né en 1917 et mort en 1967.

Ceux de la nuit - David Goodis

Roman nuit noire
Note :

   David Goodis (que je ne connaissais pas avant d'ouvrir ce roman noir) est un auteur qui a eu du succès dans les années 50, avant de tomber dans l'anonymat. Les éditions Rivages, qui font décidément un excellent travail dans le genre polar/roman noir, ont donc publié une nouvelle traduction d'un de ces romans, «Ceux de la nuit».
   
   Un pur roman noir, qui peut ici être qualifié de polar. Ou presque. Corey Bradford, le héros, vient en effet d'être renvoyé de la police pour pots de vin. Il traîne sa misère dans les bouges de sa ville natale, dans le quartier mal famé du Marais. Alors qu'il tente de se rapprocher des mafieux du coin et de leur chef, Walter Grogan, il se fait remarquer de ce dernier en le protégeant lors d'une tentative d'enlèvement. Sûr de sa valeur, Grogan l'engage alors pour savoir qui sont les commanditaires de la tentative d'enlèvement. Mais Bradford est vite pris en étau, car les membres du Night Squad, brigade aux méthodes peu orthodoxes, se rapprochent de lui et l'engagent pour en savoir plus sur Grogan...
   
   L'aspect original et très plaisant du roman est sa rapidité, sa concision. Un peu comme dans ces polars des années 40 ou 50, calibrés pour 90 minutes et qui font évoluer très rapidement l'intrigue. Ici, on n'a pas le temps de trop s'attarder qu'on est déjà dans le bain. Et toute l'affaire se résout d'ailleurs en un laps de temps assez court. Cette rapidité globale est très intéressante dans certains passages où l'action est omniprésente, car la dilatation du récit ajoute à l'effet de suspens. Goodis signe ainsi une très belle scène dans le Marais, où Bradford s'engage à ses risques et périls dans les marécages, poursuivi par les hommes de main de son adversaire, et la tension est là à son comble.
   
   En plus de cette rapidité, le roman est bien construit, avec la double casquette de Bradford. Longtemps, on se demande d'ailleurs laquelle il préfère, celle du voyou ou celle de la légalité. Autres éléments importants, les personnages secondaires qui sont ici très bien typés, que ce soit l'ex-femme de Bradford, son nouveau mari, un ex-taulard, ou la femme de Grogan.
   
   Un polar très plaisant, dans le strict respect du genre.

critique par Yohan




* * *