Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tout ça pour quoi de Lionel Shriver

Lionel Shriver
  Il faut qu'on parle de Kevin
  La double vie d’Irina
  Double faute
  Tout ça pour quoi

Lionel Shriver est le nom de plume de Margaret Ann Shriver, écrivaine et journaliste américaine née en 1957.

Tout ça pour quoi - Lionel Shriver

Âmes sensibles, s’abstenir
Note :

   Shep n’a qu’une envie depuis longtemps : partir sur une île au large de Zanzibar. Quand il vend sa société et touche le pactole, il pense que son ambition va pouvoir enfin devenir réalité. Sauf qu’il voit ce rêve s’écrouler quand sa femme lui annonce qu’elle est atteinte d’une maladie rare, à un stade déjà avancé. Un traitement médical couteux est impératif et Shep doit renoncer à son projet.
   
   Nous suivons deux familles en prise avec le coût faramineux des soins aux Etats Unis en raison d’une sécurité sociale quasi inexistante. Le narrateur dépense en traitements les économies de toute une vie pour un cancer de toute façon incurable. Quant à Jackson, son meilleur ami, il est lui aussi confronté depuis longtemps à des difficultés de tous ordres, en raison de la maladie de sa fille.
   
   Car si le traitement qu’entreprend la femme de Shep permet de faire reculer la maladie, le pécule de ce dernier finit par diminuer sérieusement, et pour autant l’espérance de vie est toujours engagée. Une longue descente aux enfers les attend donc en même temps que les chances de guérir s’amenuisent…
   
   Ce livre vous prend aux tripes tant Lionel Shriver aborde les sujets de la mort et de la maladie sans aucun détour : quid de l’avenir du conjoint après la mort? Comment parler de la fin de vie quand on est très malade, est ce que la mort ne reste pas un sujet tabou envers et contre tout? Quel intérêt de prolonger un traitement qui vous met sur la paille alors que la mort est de toutes façons au bout du chemin, à plus ou moins brève échéance?
   
   L’auteure n’évite aucune question. C’est féroce, incisif, cela fait parfois froid dans le dos, mais c’est tellement vrai. Ce sujet, peu abordé dans la littérature de façon aussi directe, pose la question de la dégradation des corps, avec des descriptions parfois à la limite du supportable, les non-dits qui entourent les derniers instants de la vie, le fait qu’on n’est plus naturel avec un mourant ou du moins plus comme on est d’habitude, que la gentillesse est un passage obligé parfois pesant pour l’autre.
   
   Ce livre est une véritable gifle. A la fois anxiogène et nécessaire, brillant, il va parfois très loin dans le questionnement, avec quelques rares moments drôles qui permettent de souffler un peu.
   
   Un roman qu’on prend de plein fouet, qui aborde un sujet difficile et tabou de façon véridique et forcément cruelle. Âmes sensibles s’abstenir!

critique par Éléonore W.




* * *