Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Très mauvaises nouvelles de William Trevor

William Trevor
  Ma maison en Ombrie
  Le voyage de Félicia
  Mauvaises nouvelles
  Les anges dînent au Ritz
  Péchés de famille
  En lisant Tourgueniev
  Hôtel de la Lune Oisive
  Les splendeurs de l'Alexandra
  Secrets intimes
  Cet été-là
  Très mauvaises nouvelles
  Mourir l’été
  Lucy
  Les Enfants de Dynmouth

Sir William Trevor (de son vrai nom William Trevor Cox), né le 24 mai 1928 à Mitchelstown dans le comté de Cork en Irlande, est romancier, nouvelliste, dramaturge et scénariste. Lauréat de nombreux prix littéraires aussi bien en Irlande qu'en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, membre de l'Académie irlandaise, anobli par la reine Élisabeth II d'Angleterre, Sir William Trevor a connu une consécration relativement tardive dans les pays francophones. Il est mort en 2016.
Wikipedia

Très mauvaises nouvelles - William Trevor

3 ou 4 au hit parade
Note :

   J’ai apprécié quatre nouvelles sur les dix que comporte le recueil et trois en particulier. Ce n'est pas beaucoup pour un auteur que j'aime vraiment.
   
   Je commence à saturer avec les nouvelles de Trevor! Rien de très neuf dans ce recueil. j'avais lu et aimé "Mauvaises nouvelles "(en 2007) et plus encore "Hôtel de la lune oisive" (en 2010), ainsi que deux de ses romans (également chroniqués ici).
   
   Ces nouvelles sont bien écrites, correctement amenées, l’intrigue se développe astucieusement, et la chute (ou l’absence de) sont parfaitement étudiées. D’où vient alors le sentiment de lassitude?
   
   
   Les meilleures nouvelles :
   
   " Veuves temporaires" (The Grass widows) met en scène deux femmes, Mrs Angusthorpe, la cinquantaine, et Daphné Jackson vingt ans. Toutes deux sont arrivées dans l’hôtel où elles vont passer une quinzaine de jours avec leurs maris. Un hôtel situé en pleine campagne dans un "petit trou perdu". Mrs Angusthorpe et son mari y vont tous les ans depuis belle lurette, elle a l’habitude de cet enterrement de première classe que sont les vacances, sauf que de la 1ere classe on est passé à la dernière! A présent tenu par des alcooliques vulgaires, l’hôtel est devenu exécrable à tous point de vue. Pour Daphné, c’est sa lune de miel… et ce pourrait bien être sa lune de fiel. Les époux sont liés par leur appartenance au même collège dont Mrs Angusthorpe est le directeur, et Jackson, fraîchement marié fut son élève préféré. Ils passent leurs journées à la pêche, tandis que les épouses s’ennuient. Mrs Angusthorpe commence à se révolter et tente de faire partager son ire à la jeune Daphné…
   
   "Ô fat white Woman" (la grosse femme blanche ) et "A Complicated Nature" reprennent un thème d’"En lisant Tourgueniev", celui de l’homme impuissant, marié ou non (pervers dans le cas de cette grosse femme blanche), un thème récurrent chez Trevor. La femme ici a fermé les yeux sur l’anomalie de son mariage ainsi que sur tout ce qui pouvait gêner son petit train-train (gourmandise, sieste, lecture de romans faciles) et voilà la tragédie qui la frappe de plein fouet, coup d’éclat subtilement amené, et désespoir que l’on partage.
   L’homme "à la nature compliquée" ex-époux défaillant, vieux garçon puritain, amateur d’objets anciens, se trouve placé dans une situation de vaudeville ou de tragédie : Mrs Matara, sa voisine, fait irruption chez lui, éperdue : son amant vient de décéder dans le lit conjugal, il faut l’aider à le rhabiller et le mener dans l’ascenseur pour sauver son couple et celui de l’infortuné… c’est finalement une comédie réussie.
   
   "Les péchés originels d’Edward Tripp" le vieil Edward découpe son jambon en imaginant le porc vivant devant lui, pendant que sa sœur Emily vient lui raconter avec fièvre, que la voisine d’en face Mrs Mayben, a été assassinée. Mais non, dit Edward elle est à la messe… Edward regarde Mrs Mayben de sa fenêtre depuis X années ; il la trouve gentille, il est sûr qu’elle ignore la mauvaise réputation dont il se dit affublé, et voudrait la connaître.
   Edward et Emily sont deux vieux célibataires un peu dingues, complices et ennemis depuis toujours. Que s’est-il réellement passé avec cette vieille dame? A quel jeu jouent le frère et la sœur? L’intrigue de cette comédie noire ironique est remarquablement menée…

critique par Jehanne




* * *