Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le rosier de Madame Husson de Guy De Maupassant

Guy De Maupassant
  Boule de suif
  Le rosier de Madame Husson
  Le parapluie et autres nouvelles
  Mademoiselle Fifi et autres nouvelles
  Clair de Lune et autres nouvelles
  Pierre et Jean
  Bel-ami
  Le Horla
  Toine et autres contes
  L'héritage
  Chroniques cauchoises
  Monsieur Parent
  M comme: Le Horla
  Les prostituées
  Les contes de la Bécasse

* On peut voir la fiche "Du roman considéré comme un des beaux-arts"

* J.S Bordas a fait une adaptation en bande dessinée de la nouvelle de Maupassant "Le Docteur Héraclius"

Le rosier de Madame Husson - Guy De Maupassant

Comme une rosière.
Note :

   Neuf nouvelles dans ce recueil où la Normandie est bien représentée et les préoccupations de Maupassant aussi. C’est toujours aussi aisé à lire, aussi intelligent, et ça traverse quand même allègrement les siècles.
   
   En tête la nouvelle qui a donné son titre au recueil :
   
   "Il y avait autrefois dans cette ville une vieille dame, très vertueuse et protectrice de la vertu, qui s'appelait Madame Husson. Tu sais, je te dis les noms véritables et pas des noms de fantaisie. Mme Husson s'occupait particulièrement des bonnes oeuvres, de secourir les pauvres et d'encourager les méritants. Petite, trottant court, ornée d'une perruque de soie noire, cérémonieuse, polie, en fort bons termes avec le bon Dieu représenté par l'abbé Malou, elle avait une horreur profonde, une horreur native du vice, et surtout du vice que l'église appelle luxure."
   
   Et donc, cette Madame Husson va créer un prix de vertu, pour une rosière donc. Sauf que … c’est finalement un rosier qui décrochera le pompon, celui de Madame Husson, (le rosier pas le pompon !) et que … la vie d’un rosier … On n’imagine pas !
   
   Vous aimez la tendresse pour les faibles, les imparfaits, la mise à jour des petites faillites quotidiennes? Hop! Un bain de Maupassant s’impose.

critique par Tistou




* * *