Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le ministère de la peur de Graham Greene

Graham Greene
  Orient express
  Les naufragés
  Tueur à gages
  Le rocher de Brighton
  L'agent secret
  La puissance et la gloire
  Le troisième homme
  La fin d’une liaison
  Un Américain bien tranquille
  Notre agent à La Havane
  La saison des pluies
  Les comédiens
  Voyages avec ma tante
  Une sorte de vie
  Le facteur humain
  Les chemins de l’évasion
  Docteur Fisher de Genève
  Monsignor Quichotte
  Le dixième homme
  Le capitaine et l'ennemi
  La chaise vide et autres récits inédits
  Le ministère de la peur

AUTEUR DES MOIS D'AOUT & SEPTEMBRE 2012

Graham Greene est un écrivain britannique né en 1904 et décédé en 1991.

Son père était instituteur. Il poursuivit ses études en internat, période qu'il détesta tout particulièrement, et finit son éducation supérieure à l’Université d’Oxford. Pendant cette période il s’adonna à toutes les excentricités ce qui, en soit, était plutôt classique.

Penchant à gauche, il rallie pendant un certain temps le Parti Communiste. Plus tard il se convertira au catholicisme, d'abord pour partager la foi de son épouse épouse Vivien Dayrell-Browning.

Il publie son premier ouvrage en 1925, c'est un recueil de poèmes. Il devient chroniqueur pour différents journaux et voyage beaucoup dans le monde entier. Il collabore au MI 6 à partir de la guerre 39/45. Documenté par cette existence, il publie de nombreux romans vite couronnés de succès dès "Orient express" en 1934. A partir de là, il divisera sa production en livres "sérieux" (ambitieux, succès moindre, peu rentables mais porteurs de grandes idées) et "divertissements" (succès commercial, valeur littéraire moindre, mais pourvoyeurs de fonds). La postérité ne lui donnera pas forcément raison.

A partir de 1966, il aura sa résidence en France, à Antibes. Il mourra en Suisse à 87 ans laissant une œuvre importante tant par le volume que par la qualité.


Sa compagne, Yvonne Cloetta, a rédigé leurs mémoires "Ma vie avec Graham Greene".

Le ministère de la peur - Graham Greene

Fritz Lang l’a tourné (Les espions sur la Tamise)
Note :

   "Le ministère de la peur" fut publié en 1943. Graham Greene le classe parmi les "divertissements". Il s’agit en fait d’une histoire plutôt inclassable, d’espionnage diront certains mais...
   
   D’après Graham Greene lui-même, c’est dans ce roman, écrit en 1942, à bord du cargo qui l’emmène vers la Sierra Leone, qu’il a écrit les pages les plus fidèles au "Blitz" que connût Londres pendant la guerre, ces bombardements nocturnes qui ravagèrent la capitale anglaise.
   
   De fait, l’action se déroule à Londres, pendant la guerre. Arthur Rowe, un peu perturbé depuis qu’il a aidé sa femme à mourir pour la délivrer de souffrances terribles, est amené à gagner un cake lors d’une kermesse – une kermesse de guerre. Le cake est cuisiné au beurre, ce qui en fait toute sa valeur en ce temps de guerre. Il l’a gagné parce qu’une diseuse de bonne aventure, le confondant avec un autre, lui a soufflé le poids de celui-ci (le concours consistait à deviner son poids). Il l’a gagné mais il ne lui était pas destiné et tout de suite les choses se gâtent. Visiblement ce cake va manquer à quelqu’un, ou à quelque chose.
   Arthur Rowe n’a pas quitté la kermesse que les organisateurs tentent de récupérer le cake. En vain. Mais cette quête va se poursuivre, même au prix des moyens les plus violents...
   
   La suite est curieusement crépusculaire, comme détachée du début, plaquée. Comme si Arthur Rowe, et les intervenants, n’avaient plus tout à fait leur raison – la guerre?
   
   Tout cela va finir en happy end mais un happy end des plus improbables. Je ne sais pas ce que Fritz Lang a pu tirer de cela mais on imagine assez bien que ça rentre dans le cadre des histoires un peu bizarres qui se tournaient vers ces années là... Toujours est-il que Graham Greene s’est dit déçu des coupes qu’avait effectué Fritz Lang.
   
   Mieux vaut lire l’original que subir des images !

critique par Tistou




* * *