Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'écrivain des ombres de Philip Roth

Philip Roth
  La bête qui meurt
  Opération Shylock
  Goodbye, Colombus
  L'écrivain des ombres
  J'ai épousé un communiste
  Le complot contre l’Amérique
  Pastorale américaine
  Le sein
  La tache
  Tricard Dixon et ses copains
  Portnoy et son complexe
  Un homme
  Exit le fantôme
  Indignation
  Le rabaissement
  Le Théâtre de Sabbath
  Némésis
  L'habit ne fait pas le moine
  Les Faits, Autobiographie d'un romancier

Auteur des mois d'août et de septembre 2006

Philip Roth est né en 1933 à Newark, dans le New Jersey. Il a été enseignant en littérature à l'université de Pennsylvanie, mais dès son premier livre, "Goodbye, Colombus" un recueil de nouvelles de 1959, il connaît le succès en tant qu'écrivain.

Beaucoup de ses livres ont déjà été récompensés:
En 1960, le National Book Award pour "Goodbye Colombus" et en 1995, pour "Le théâtre de Sabbath"
En 1987, le National Book critics circle Award pour "La contrevie" et en 1992 pour "Patrimoine"
Puis le Pen Faulkner Award pour "Opération Shylock" et pour "La tache"
Tandis que "Pastorale américaine" recevait le Prix Pulitzer aux USA et le Prix du Meilleur livre étranger, en France


Philip Roth n'est pourtant pas un auteur exempt de controverses, comme vous le montreront les nombreuses fiches présentes sur ce site.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

L'écrivain des ombres - Philip Roth

Croyez-vous aux fantômes ?
Note :

   Nathan Zuckerman, jeune écrivain prometteur, rend visite à son maître E.I.Lonoff, un quinquagénaire consacré. A travers cette rencontre vont s’entremêler un certain nombre d’histoires concernant chacun des personnages et de considérations sur l’écriture et les écrivains sous forme de retours en arrière ou de possibilités narratives. On dirait que Roth a assemblé plusieurs histoires possibles en une seule.
   
    D’abord Lonoff désacralise un peu son personnage et l’écriture en disant que tous les jours, «il forme des phrases», comme un artisan, il accumule les brouillons et bien des écrivains transparaissent derrière ses propos et sa méthode, Hemingway et Flaubert peut-être. Car Lonoff vit avec sa femme depuis 35 ans en quasi-ermite. Il consacre toutes ses soirées à la lecture et ses journées à l’écriture.
   
    Nathan, d’abord un peu impressionné, finit par dîner et passer la nuit chez l’écrivain. Il faut dire que vit aussi sous son toit, une étudiante jeune et jolie qui fait fantasmer le jeune homme. Ce personnage nommé ici «Amy Belette», on ne sait pas si Nathan l’imagine, se trouve être la réincarnation –ou le fantôme justement- d’une autre jeune fille célèbre de la littérature, revenant de façon récurrente dans l’œuvre de Roth et qui prend une place considérable dans le roman. Mais dévoiler son nom serait dommageable aux lecteurs potentiels !
   
   De même apparaît le thème de l’artiste dans le judaïsme et l’on sent chez Nathan, percer le jeune Roth, car une nouvelle qu’il veut publier ne fait pas l’unanimité de sa famille et de son père notamment. Il rompt donc les liens en cherchant à s’affirmer. Son histoire raconte la cupidité d’héritiers et son père lui reproche d’associer les Juifs au goût du lucre, allant jusqu’à consulter un juge ami de la famille qui donne une liste de questions à Nathan, liste qu‘il ignore superbement.
   
   Reste un ouvrage qui parle finalement de littérature dans lequel l’auteur s’observe, se met en abyme, entrecroise les anecdotes, car Amy, Lonoff et Nathan forment des possibles Philip Roth. La clé me semble dans cette simple phrase de Lonoff : «La fiction fait dire aux gens toutes sortes de bizarreries, c’est comme ça.»
   
   Et c’est écrit avec grande maîtrise, un maître, Philip Roth !

critique par Mouton Noir




* * *