Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La saison des pluies de Graham Greene

Graham Greene
  Orient express
  Les naufragés
  Tueur à gages
  Le rocher de Brighton
  L'agent secret
  La puissance et la gloire
  Le troisième homme
  La fin d’une liaison
  Un Américain bien tranquille
  Notre agent à La Havane
  La saison des pluies
  Les comédiens
  Voyages avec ma tante
  Une sorte de vie
  Le facteur humain
  Les chemins de l’évasion
  Docteur Fisher de Genève
  Monsignor Quichotte
  Le dixième homme
  Le capitaine et l'ennemi
  La chaise vide et autres récits inédits
  Le ministère de la peur

AUTEUR DES MOIS D'AOUT & SEPTEMBRE 2012

Graham Greene est un écrivain britannique né en 1904 et décédé en 1991.

Son père était instituteur. Il poursuivit ses études en internat, période qu'il détesta tout particulièrement, et finit son éducation supérieure à l’Université d’Oxford. Pendant cette période il s’adonna à toutes les excentricités ce qui, en soit, était plutôt classique.

Penchant à gauche, il rallie pendant un certain temps le Parti Communiste. Plus tard il se convertira au catholicisme, d'abord pour partager la foi de son épouse épouse Vivien Dayrell-Browning.

Il publie son premier ouvrage en 1925, c'est un recueil de poèmes. Il devient chroniqueur pour différents journaux et voyage beaucoup dans le monde entier. Il collabore au MI 6 à partir de la guerre 39/45. Documenté par cette existence, il publie de nombreux romans vite couronnés de succès dès "Orient express" en 1934. A partir de là, il divisera sa production en livres "sérieux" (ambitieux, succès moindre, peu rentables mais porteurs de grandes idées) et "divertissements" (succès commercial, valeur littéraire moindre, mais pourvoyeurs de fonds). La postérité ne lui donnera pas forcément raison.

A partir de 1966, il aura sa résidence en France, à Antibes. Il mourra en Suisse à 87 ans laissant une œuvre importante tant par le volume que par la qualité.


Sa compagne, Yvonne Cloetta, a rédigé leurs mémoires "Ma vie avec Graham Greene".

La saison des pluies - Graham Greene

Superficiel mais distrayant
Note :

   Titre original : A burnt-out case (1960)
   
   Etant fermement convaincue que Graham Greene était un auteur de roman d’espionnage (genre que je n’affectionne pas trop), je n’avais encore rien lu de lui jusque là. Et voilà que j’apprends (il n’est jamais trop tard!) que certes, il a écrit des romans d’espionnage (il était espion lui-même, à ce qu’il paraît!), mais que son œuvre est bien plus complexe que cela. Qu’en plus, il est "catalogué" auteur "catholique", qualificatif qu’il n’appréciait pourtant pas vraiment.
   
   Bien qu’étant baptisée catholique, je ne suis pas croyante, et la littérature d’inspiration religieuse aurait plutôt tendance à me rebuter autant que les romans d’espionnage… Si, par contre, il s’agit d’interrogations d’ordre existentiel, je ne dis pas non, et des roman "catholiques" comme ceux d’André Gide, où l’homme est pris dans des conflits de conscience profonds, font partie des lectures que je retiens volontiers…
   [NB : Ne vous mettez pas tout de suite à hurler! Je ne suis pas sans savoir que Gide était protestant. Mais il a quand même failli se convertir plusieurs fois… tout en composant une œuvre qui lui a valu d’être mis à l’index par le Vatican dans les années 50!]
   Bon, le sujet ici n’est pas Gide mais Graham Greene. Revenons-y!
   
   Roman publié en 1960, "La saison des pluies" met en scène un célèbre architecte d’édifices religieux du nom de Querry qui s’embarque incognito pour le Congo. Il y échoue dans la léproserie du Docteur Colin, tout simplement parce qu’aucune route ne le mène plus loin. Son objectif n’est pourtant guère de faire le bien pour se guérir du mal dont il souffre. Quel mal? Il le précise : Il a tout ce qu’il faut. Rien ne lui manque. Il se sent inutile car il n’arrive plus à s’intéresser à quoi que ce soit. Il ne croit plus en rien. Il n’aspire qu’à se retirer, à trouver un endroit où rien ne lui rappelle qu’il a été vivant jadis. Il se sent vide. D’ailleurs, le titre original du roman résume bien son état : "A burnt-out case".
   
   En la personne du Docteur Colin, il trouve un interlocuteur privilégié. Il s’ouvre à lui, en fait son confident et décide de mettre ses compétences à son service en construisant un nouvel hôpital.
   Dans la petite communauté coloniale qui l’entoure on ne tarde pas à découvrir qui il est en vérité. Les rumeurs et spéculations se déchaînent. Les bons catholiques ne veulent pas accepter qu’il ait perdu la foi. Ils essayent de le récupérer pour leur cause, en font une sorte de saint. Il a beau s’en défendre, ils n’en démordent pas. Chacun de ses gestes est interprété comme le geste d’un homme de foi. Il doit absolument correspondre à l’image qu’ils se font de lui! Et évidemment, toute cette histoire tournera mal…
   
   C’est un roman qui se lit très facilement, un peu trop peut-être. Je m’attendais tout de même à quelque chose de plus intense, d’autant plus que la 4è de couverture annonce "une plongée dans les ténèbres à laquelle Greene, après Conrad, nous convie ici"… Je n’ai pas réellement retrouvé de ténèbres, je n’ai pas retrouvé du Conrad non plus… non, c’est somme toute assez superficiel mais distrayant.

critique par Alianna




* * *