Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les naufragés de Graham Greene

Graham Greene
  Orient express
  Les naufragés
  Tueur à gages
  Le rocher de Brighton
  L'agent secret
  La puissance et la gloire
  Le troisième homme
  La fin d’une liaison
  Un Américain bien tranquille
  Notre agent à La Havane
  La saison des pluies
  Les comédiens
  Voyages avec ma tante
  Une sorte de vie
  Le facteur humain
  Les chemins de l’évasion
  Docteur Fisher de Genève
  Monsignor Quichotte
  Le dixième homme
  Le capitaine et l'ennemi
  La chaise vide et autres récits inédits
  Le ministère de la peur

AUTEUR DES MOIS D'AOUT & SEPTEMBRE 2012

Graham Greene est un écrivain britannique né en 1904 et décédé en 1991.

Son père était instituteur. Il poursuivit ses études en internat, période qu'il détesta tout particulièrement, et finit son éducation supérieure à l’Université d’Oxford. Pendant cette période il s’adonna à toutes les excentricités ce qui, en soit, était plutôt classique.

Penchant à gauche, il rallie pendant un certain temps le Parti Communiste. Plus tard il se convertira au catholicisme, d'abord pour partager la foi de son épouse épouse Vivien Dayrell-Browning.

Il publie son premier ouvrage en 1925, c'est un recueil de poèmes. Il devient chroniqueur pour différents journaux et voyage beaucoup dans le monde entier. Il collabore au MI 6 à partir de la guerre 39/45. Documenté par cette existence, il publie de nombreux romans vite couronnés de succès dès "Orient express" en 1934. A partir de là, il divisera sa production en livres "sérieux" (ambitieux, succès moindre, peu rentables mais porteurs de grandes idées) et "divertissements" (succès commercial, valeur littéraire moindre, mais pourvoyeurs de fonds). La postérité ne lui donnera pas forcément raison.

A partir de 1966, il aura sa résidence en France, à Antibes. Il mourra en Suisse à 87 ans laissant une œuvre importante tant par le volume que par la qualité.


Sa compagne, Yvonne Cloetta, a rédigé leurs mémoires "Ma vie avec Graham Greene".

Les naufragés - Graham Greene

Tout pour plaire…
Note :

   Titre original : England Made Me (1935) (aussi traduit sous le titre "Mère Angleterre")
   
   Tous les ingrédients étaient là : des personnages contrastés et captivants, une situation qui va crescendo vers le dramatique, une écriture riche et variée… Et pourtant, le mélange a eu du mal à prendre. Faute aux personnages auxquels on aimerait s’attacher encore plus mais qui restent insaisissables. J’ai eu l’impression de ne pas plonger assez profond pour repêcher ces naufragés. Et pourtant…
   
   Deux jumeaux Fanant, Kate et Anthony, aux relations ambigües, reforment leur couple après la mort du père. C’est à Stockholm, où travaille Kate, qu’Anthony la rejoint. Lui est un dilettante, talentueux et charmeur, il a toujours réussi à s’en sortir sans pour autant rien construire. Elle, est déterminée et efficace et travaille pour un richissime industriel Krogh, secrétaire le jour et un peu plus la nuit. Elle est aussi droite que lui est tordu. Un équilibre à deux qu’ils reconstituent.
   Ces retrouvailles, voulues par la sœur et jugées profitables pour un temps par le frère instable, se font au sein d’une entreprise, celle du patron de Kate qui embauche à son tour Anthony. Ce dernier ne fait pas grand-chose, il accompagne ce Krogh, monstre des affaires, aussi insensible aux autres humains qu’efficace aux affaires. Un être inadapté des relations humaines qui trouve en Anthony son contraire. Et puis, on croise aussi Minty, journaliste rapace ou encore Hall, fidèle serviteur zélé de Krogh…
   
   Au final, ce qui fait ma légère déception est le regret qu’avec de tels ingrédients, le résultat ne soit pas plus réussi et surtout plus exaltant. Ce n’est pas que je n’ai pas aimé, c’est que j’aurai aimé que ce soit mieux.
   
   « Cette fin est moins dure parce qu’on s’habitue à voir tout finir. C’est comme du morse, la vie : une série de points et de traits, jamais de paragraphes. » P 380

critique par OB1




* * *