Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Arsène Lupin contre Herlock Sholmès de Maurice Leblanc

Maurice Leblanc
  La Demoiselle aux yeux verts
  Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin
  L'aiguille creuse
  Arsène Lupin contre Herlock Sholmès
  Dorothée danseuse de corde
  La frontière

Maurice Leblanc est un écrivain français né en 1864 et décédé en 1941.

Arsène Lupin contre Herlock Sholmès - Maurice Leblanc

Rencontre au sommet
Note :

    Une nouvelle d'Arsène Lupin gentleman cambrioleur, paru l'année précédente, mettait déjà en scène Herlock Sholmès. Le célèbre détective portait d'ailleurs son vrai nom dans la pré-publication dans "Je sais tout" en 1906 mais Conan Doyle ayant fait part de son mécontentement, Sherlock Holmes était devenu Herlock Sholmès.
   
   Les deux héros sont ici face à face dans deux nouvelles histoires, "La Dame blonde" et "La Lampe juive". Des histoires un peu embrouillées d'ailleurs, dont l'action s'emballe parfois brutalement sans grand souci de vraisemblance mais l'essentiel n'est pas là. C'est la confrontation de ces deux monstres sacrés qui intéresse Leblanc, et ce sont les scènes dans lesquelles ils sont face à face qui donnent du sel à ces récits. Leblanc a vieilli Sherlock Holmes ("âgé d'une cinquantaine d'années, il ressemble à un brave bourgeois qui aurait passé sa vie devant un bureau, à tenir des livres de comptabilité"), modifié les relations avec son faire-valoir, nommé Wilson, qui lui sert un peu de souffre-douleur parfois ridicule, parfois pathétique. Et si "La Dame blanche" se termine par l'humiliation du détective, "La Lampe juive" constitue un match beaucoup plus serré. Les deux adversaires se respectent mais ne s'épargnent aucun coup tordu pour le plus grand plaisir du lecteur. Malheureusement, souligne Jacques Derouard dans sa présentation, il manque à ce lecteur d'aujourd'hui la connaissance de l'actualité contemporaine à la publication de ces aventures dont Maurice Leblanc s'est beaucoup inspiré.

critique par P.Didion




* * *