Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Cyanure de Camilla Läckberg

Camilla Läckberg
  La princesse des Glaces
  Le prédicateur
  Le tailleur de pierre
  L'oiseau de mauvais augure
  Cyanure

Camilla Läckberg Eriksson est une auteure suédoise de romans policiers, née en 1974.

Cyanure - Camilla Läckberg

Suspense minimum
Note :

   Comme une belle pomme bien rouge, bien brillante, au calibre rêvé, ce livre à tous les abords attirants. Une belle couverture, un format court, une quatrième alléchante, un bel objet. La déception au moment de consommer cette promesse croquante n’est que plus grande. Même sentiment à l’issue de la lecture de ce livre. La pomme n’était pas gâtée mais sans saveur, farineuse.
   Voici donc un Agatha Christie minimum. Avec des personnages minimum, une situation minimum et une intrigue déjà vue minimum. Je suis allé au bout tout de même ayant envie de titiller mon intelligence déductive.
   
   Au démarrage, accompagnant sa petite amie Lisette, Martin Molin, policier de profession, revêt vite la casquette professionnelle quand le patriarche, riche industriel, décède suite à l’ingestion de cyanure. Toute la grande famille, enfants et petits enfants de la victime, se trouve alors coincée par la tempête qui fait rage sur l’île sur laquelle ils s’étaient retrouvés peu avant Noël. Huis clos rappelant bien d’autres situations de même type, des "Dix petits nègres" à "Huit femmes". Commence l’enquête faite de dialogues et de recherche d’indices.
   
   Les personnages ne sont d’abord pas attachants, en premier lieu notre enquêteur. Les autres sont antipathiques au possible, voir hyper caricaturaux. Ils ne cherchent tous qu’à se rendre sympathiques aux yeux du richissime grand-père mais n’y parviennent bien entendu jamais. Des stéréotypes plus que des personnages. La situation est bateau, les ficelles sont vite tirées et la révélation qui se veut imprévisible se laisse découvrir sans grande surprise. Pour rajouter au déplaisir, certaines répétitions et certaines lourdeurs de style (pourtant le livre est court) donnent le sentiment d’un remplissage pour parvenir au volume commandé. Ce qui donne un ouvrage qui se laisse lire avant de se laisser tout de suite oublier.
    ↓

critique par OB1




* * *



Camilla louche vers Agatha ?
Note :

   Je fais connaissance avec Camilla Läckberg via ce "Cyanure". Je crois comprendre n’être pas tombé sur la meilleure cuvée de la dame Läckberg...
   
   Agatha Christie nous a déjà fait tout ça. Il y a longtemps. Là, nous ne sommes plus dans l’ambiance thé et scones. D’abord nous sommes en Suède et un paquet d’années après les années Christie. Mais je ne vois pas bien pour autant ce qu’apporterait de novateur, de différent, Camilla Läckerberg avec ce très court ouvrage qu’est "Cyanure".
   
   Martin Molin, jeune policier suédois, dès les premières pages, sait qu’il a fait une erreur en acceptant d’accompagner Lisette, sa petite amie actuelle qu’il ne considère pas davantage qu’une... petite amie, à une réunion de famille chez le grand-père richissime dans une île suédoise au cœur de l’hiver, avec tout l’aspect officialisation qu’une telle démarche suggère.
   
   Là, déjà, tout est dit : Martin n’aime pas vraiment Lisette, ils vont se trouver isolés sur une île et... et il va se passer quelque chose. Et là on se tourne vers le titre ; "Cyanure". Cyanure donc pour le grand-père richissime indigne, qui n’a que des ennemis, ou peu s’en faut.
   
   Du Agatha Christie relooké début XXIème siècle. Evidemment, à peine arrivé, Martin (qui se demande bien lors du dîner inaugural ce qu’il est venu faire là), va devoir reprendre du service puisque exit le grand-père qui ne digère pas bien le cyanure !
   
   Après ? Après ce ne sont qu’histoires nauséabondes d’une famille riche qui ne s’aime pas mais où la présence d’argent, de beaucoup d’argent, excite beaucoup rancœurs et appétits.
   
   Le roman consistera essentiellement à tenter de deviner qui, qui a bien pu faire ça. Ca et autre chose. Un "Whodunit" quoi. Juste ça...

critique par Tistou




* * *