Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Au couvent des petites fleurs de Indu Sundaresan

Indu Sundaresan
  Princesse de l'ombre
  Au couvent des petites fleurs

Indu Sundaresan est une écrivaine américaine d'origine indienne.

Au couvent des petites fleurs - Indu Sundaresan

L'instant crucial
Note :

   Cette superbe couverture cache de bien jolies nouvelles! Beaucoup d'émotion par exemple dans la première, qui relate l'histoire d'une jeune femme américaine ayant été adoptée dans un orphelinat indien et que sa mère veut contacter. Des histoires plus tragiques qui parlent de sati ou de vieux couples toujours amoureux (Trois secondes et demie, Rêves au bord du lit), l'étonnant Key Club dont l'idée de départ a été suggérée à l'auteur par un courriel intitulé "Le croiriez-vous ? Cela se passe en Inde!" et l'intéressant "La faim" qui parle de deux femmes décidant de prendre leur destin en main en laissant leurs maris en plan (je ne peux en révéler plus).
   
    Beaucoup de grâce et de sensibilité dans ce recueil, une belle façon de raconter des histoires, un style simple et efficace qui m'a souvent touchée.
   
    C'est quand même l'auteur qui est la mieux placée pour parler de son livre et je cite un paragraphe des dernières pages (ne lire celles-ci en entier qu'après avoir découvert les nouvelles du livre!!!)
   
    "Une nouvelle s’accommode plus facilement de la folie et de l'excentricité qu'un roman - où ce serait épuisant. Les romans, en effet, ont besoin de pauses, de respirations. Dans une nouvelle, la pause survient après coup, une fois l'histoire lue et reléguée dans un coin de la mémoire, quand on a le temps d'y repenser. Le dénominateur commun de ces nouvelles - si tant est qu'il existe - consiste dans le fait qu'elles traitent de l'instant crucial où l'on est confronté à un événement dramatique de sa vie. Je n'ai pas échafaudé ces nouvelles autour d'un thème bien défini, et je crois d'ailleurs qu'il n'y en a pas vraiment, hormis peut être les souvenirs, anciens et nouveaux, de ma patrie."

critique par Keisha




* * *