Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Liliane, fais les valises de Jean Bernard Pouy

Jean Bernard Pouy
  La petite écuyère a cafté
  Spinoza encule Hegel
  A sec (Le retour)
  1280 âmes
  RN 86
  Cinq bières, deux rhums
  Le rouge et le vert
  Démons et vermeils
  Samedi 14
  Liliane, fais les valises
  Rémy Cooghe, combat de coqs en Flandre
  Calibre 16 mm
  Sous le vent
  Le Bar parfait
  S63
  La Belle de Fontenay
  Le Cinéma de papa

Jean-Bernard Pouy, né en 1946, est l'auteur de plus de soixante-dix romans noirs (dont onze à la Série Noire) et d'une centaine de nouvelles, directeur et créateur de collections.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Liliane, fais les valises - Jean Bernard Pouy

60 pages grinçantes
Note :

   "Paf le subjonctif, pensa Liliane."
   
   La fameuse injonction de Georges Marchais à sa femme est le point de départ qui a inspiré Jean-Bernard Pouy pour cette réjouissante satire, non pas du Parti Communiste Français, mais des colloques de Cerisy.
   
   Si la trame du récit est en elle même bien légère, les coups de griffe donnés aux universitaires coupeurs de cheveux en quatre sont bien portés et les annexes font à elles seules le bonheur du lecteur. On y découvrira entre autres le point commun entre le grand Charles et le catch, sans oublier un traducteur bien particulier... Mon annexe chouchou? Celle étudiant avec un immense sérieux la place du suppositoire dans le roman français, tout un programme!
   
   Une nouvelle d'anticipation sociale (j'avoue avoir un peu zappé le côté anticipation de l’œuvre : les livres papiers ont disparu de la surface de la terre) faisant partie d'une nouvelle collection ayant comme point de départ, je cite "La phrase qui s'installe dans la mémoire de chacun, car elle résume à elle seule un état de nos sociétés." Une jolie réussite!
   
   
   
   Présentation de l'éditeur

   
   « Depuis belle lurette, les livres papiers ont disparu de la surface de la terre. La Loi Miziaud assimile les chercheurs à des "thésaréactionnaires" sans utilité publique. A Secrisy, les universitaires tiennent colloque et résistent toujours à l'envahisseur. Cette fois encore. le professeur Vladimir Marchet prendra sa place dans le ballet des communications. Sa conférence? "Les factures EDF et Pierre Boulez. du sérieux au sériel". Pendant ce temps-là. Liliane profitera du parc ou de la plage, splendides en cette saison. Mais quelque chose ne tourne pas rond. Contrairement aux usages de la profession, les universitaires s'éclipsent sitôt leur intervention bouclée. Marchet anticipera : " Liliane, fais les valises. on rentre à Paris".»

critique par Cathulu




* * *