Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

R comme: Ibicus tome 3 de Pascal Rabaté

Pascal Rabaté
  R comme: Premières cartouches
  R comme: Ibicus Tome 1
  R comme: Ibicus tome 2
  R comme: Ibicus tome 3
  R comme: Ibicus tome 4
  R comme: Biscottes dans le vent
  H comme: Crève Saucisse

Né en 1961, Pascal Rabaté n'avait même pas 30 ans quand il est parvenu, après des études aux Beaux Arts d’Angers plutôt axées vers la gravure, et quelques emplois, à devenir dessinateur professionnel.
Il en est maintenant à voir son talent tout à fait reconnu ce que divers prix confirment régulièrement.
Il a également écrit des romans pour la jeunesse.

R comme: Ibicus tome 3 - Pascal Rabaté, Alexeï Tolstoï

Beau terrain.
Note :

   Il est rare qu’une suite en bande dessinée tienne aussi bien la distance que cet Ibicus qui ne faiblit absolument pas tout au long de ses quatre tomes.
   
   Il faut dire que l’histoire est servie par un vrai scénario, écrit par un vrai écrivain et, on a beau dire, cela fait une différence.
   
   Parlons-en donc un peu de cet écrivain, Alexis Tolstoï. En fait, il se trouve qu’il est vaguement apparenté à Léon Tolstoï, mais assez lointainement. Quant à Pascal Rabaté qui nous annonce d’emblée l’avoir acheté par erreur, il enchaîne en déclarant « Mon adaptation est libre, mais j’ai cependant essayé de respecter l’esprit de l’auteur. Ceci dit, je m’en fous, c’était un stalinien et il est mort »
   
   Ma curiosité piquée au vif et désirant en savoir plus, je me précipite sur la présentation de cet auteur par son éditeur français, pour trouver ceci : « Grand écrivain (cinq de ses romans ont été traduits à L’Esprit des Péninsules) il devint dans la seconde période de sa vie un génial salaud, membre du Soviet suprême. »
   
   Vous avouerez que ce pauvre Alexis n’est guère ménagé et qu’il n’est tout de même pas commun de voir un éditeur présenter ainsi ses poulains.
   
   Ceci étant, je me dis néanmoins que stalinien ou non, salaud ou non, on a tout de même bien l’impression, à voir ce que Rabaté en a tiré que c’était un sacré romancier, un sacré scénariste car les aventures de son Siméon Nevzorof nous tiennent en haleine sans faiblir et ont offert à Pascal Rabaté un bien beau terrain où donner libre cours à son talent.
   
   PS: Vladimir Nabokov (fort peu soupçonnable de bienveillance envers les staliniens) évoque Alexis Tolstoï dans "Partis pris" et il dit ceci: "C'était un écrivain qui ne manquait pas de talent et il a écrit deux ou trois romans ou récits de science-fiction qui méritent d'être retenus."

critique par Sibylline




* * *