Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dixie city (Dave Robicheaux - 7) de James Lee Burke

James Lee Burke
  Purple cane Road (Dave Robicheaux - 11)
  Le bagnard et autres nouvelles
  Dans la brume électrique avec les morts confédérés (Dave Robicheaux - 6)
  Le brasier de l'ange (Dave Robicheaux - 8)
  Dixie city (Dave Robicheaux - 7)
  Prisonniers du ciel (Dave Robicheaux - 2)
  Une tache sur l´éternité (Dave Robicheaux - 5)
  La rose du Cimarron
  Le boogie des rêves perdus
  Une saison pour la peur (Dave Robicheaux - 4)
  Sunset limited (Dave Robicheaux - 10)
  La pluie de néon (Dave Robicheaux - 1)
  Cadillac juke-box (Dave Robicheaux - 9)
  Bitterroot
  Heartwood
  L'Emblème du croisé (Dave Robicheaux - 14)
  Dernier tramway pour les Champs Elysées (Dave Robicheaux - 13)
  Vers une aube radieuse
  Jolie Blon’s Bounce (Dave Robicheaux - 12)
  La descente de Pégase (Dave Robicheaux - 15)
  Jésus prend la mer
  Black cherry Blues (Dave Robicheaux - 3)
  La moitié du paradis
  Déposer glaive et bouclier
  Dieux de la pluie
  Creole Belle (Dave Robicheaux - 19)
  L’arc-en-ciel de verre (Dave Robicheaux -18)
  Swan Peak (Dave Robicheaux - 17)
  La nuit la plus longue (Dave Robicheaux - 16)

James Lee Burke est un écrivain américain de romans policiers, né à Houston (Texas) en 1936.
Il vit entre New Iberia (Louisiane) et Missoula (Montana).
Diplômé de littérature américaine, il enseigne à l’université du Missouri.
Après avoir habité longtemps en Louisiane, il réside actuellement à Missoula (Montana)

Dixie city (Dave Robicheaux - 7) - James Lee Burke

Violence affichée
Note :

   Peut-être le plus violent de la série des Robicheaux. La famille proche de Dave Robicheaux est directement concernée par un psychopathe. Sa femme se tourne vers le démon, l'alcool, que Dave Robicheaux s'emploie à fuir à coups de réunions chez les A.A.. Lui même replonge dans un autre démon, la violence. Très noir cet épisode. James Lee Burke nous fait remonter à la surface une histoire de sous-marin nazi coulé en son temps devant l'embouchure du Mississipi et c'est ce qui constituera l'amorce de « Dixie City ». On en a déja entendu parler dans d'autres épisodes, il a trouvé le moyen d'en reparler dans le tout dernier. Pas de doute, il a de la suite dans les idées !
   Mais ça n'empêche pas la tendresse qu'a James Lee Burke pour ses personnages de ressortir, et notamment pour Clete Purcel. L'ex-collègue de Dave Robicheaux, viré lui aussi de la Police, et pas précisément en traitement aux A.A.
   
   C'est dans Dixie City d'ailleurs que se trouvait un passage concernant Clete, dans une boîte de nuit, que je cherchais désespérément:
   
   « Tandis que les doigts en saucisses embaguées du Fat Man dansaient d'un bout à l'autre du clavier de piano, accompagnés par le claironnement des saxophones et des trompettes derrière lui, Clete se démenait au beau milieu de la piste en bois dur, le feutre rond incliné à l'oblique sur le devant du crâne, la figure pointée entre les seins de sa petite amie, à balancer des fesses comme le ferait un éléphant ; l'instant d'après, ses épaules se redressaient, tandis qu'il cognait et toupillait des hanches et du pubis, le ventre tressautant, les poings serrés barattant l'air, le visage tourné de côté comme s'il se trouvait au beau milieu d'un orgasme.
   Sa petite amie mesurait près de 1,80 m. Elle arborait une robe bain fleurie qui collait à son corps hâlé comme une seconde peau. Elle agitait un bandana dans chaque main, à croire qu'elle saluait le décollage d'un avion, et lançait derrière elle, à l'oblique, ses mollets au lustre cireux, relevait le menton en l'air tout en laissant ses paupières se refermer doucement tandis qu'elle faisait doucement glisser sa langue à l'entour de ses lèvres. Elle laissa alors béer sa bouche en un semblant de moue, tira ses cheveux bruns aux reflets roussâtres des deux mains au dessus de la tête et, une lueur de défi érotique dans le regard, les rejeta brutalement en arrière, avant de se frotter la croupe d'un bandana tendu, en aller et retour, tout en oscillant des hanches?»

   
   La description donc par James Lee Burke d'un boogie salace de Clete Purcel, généralement pas traité de cette manière par Burke. Une petite curiosité.
   
   Dans l'ensemble, Dixie City donne une impression moins aboutie que les autres épisodes. Comme si Burke avait fait rebondir les évènements au fur et à mesure que ça venait et avec moins de plan d'ensemble que de coutume.
   
   C'est en tout cas l'impression que ça m'a donnée. Ca n'en reste pas moins une lecture réjouissante pour tout lecteur de James Lee Burke. Mais ce ne serait pas le meilleur épisode pour commencer.
   
   
   Série Dave Robicheaux
   
   1. La Pluie de néon, The Neon Rain (1987)
   2. Prisonniers du ciel, Heaven's Prisoners (1988)
   3. Black Cherry Blues, Black Cherry Blues (1989)
   4. Une saison pour la peur, A Morning for Flamingos (1990)
   5. Une tâche sur l'éternité, A Stained White Radiance (1992)
   6. Dans la brume électrique avec les morts confédérés, In the Electric Mist with Confederate Dead (1993)
   7. Dixie City Jam (1994)

   8. Le Brasier de l'ange, Burning Angel (1995)
   9. Cadillac Jukebox (1996)
   10. Sunset Limited (1998)
   11. Purple Cane Road (2000)
   12. Jolie Blon's Bounce (2002)
   13. Dernier tramway pour les Champs-Élysées, Last Car to Elysian Fields (2003)
   14. L'Emblème du croisé, Crusader's Cross (2005)
   15. La descente de Pégase, Pegasus Descending (2006)
   16. La nuit la plus longue, The Tin Roof Blowdown (2007)
   17. Swan Peak (2008)
   18. The Glass Rainbow (2010)
   19. Creole Belle (2012)
   20. Lumière du monde, Light of the World (2013)

critique par Tistou




* * *