Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Et rester vivant de Jean-Philippe Blondel

Jean-Philippe Blondel
  Un minuscule inventaire
  1979
  Le passage du gué
  Juke Box
  Accès direct à la plage
  This is not a love song
  Le baby-sitter
  G229
  Et rester vivant
  06h41
  Un hiver à Paris

Jean-Philippe Blondel (né en 1964) est un écrivain français. Il enseigne également l'anglais en lycée.

Et rester vivant - Jean-Philippe Blondel

L'autobio romancée, un mal français?
Note :

   "Avoir vingt-deux ans, apparemment une malédiction temporaire."
   
   Le narrateur, très jeune, a d'abord perdu dans un accident de voiture, sa mère et son frère. Au début du roman, il vient de perdre son père et, à vingt-deux ans, décide de partir, sur la foi d'une chanson, visiter la côte ouest des États-Unis en compagnie de son ex et de son meilleur ami. Improbable triangle et improbable voyage pour se débarrasser d'un héritage à la fois pécuniaire et émotionnel trop encombrant.
   
   Le préambule du roman nous informe du très fort aspect autofictionnel du texte et quand j'ai lu l'entretien croisé entre Laurence Tardieu et Delphine de Vigan dans le Monde du 19 août 2011, j'ai enfin pu mettre le doigt sur ce qui explique que je sois restée totalement extérieure au roman de Jean-Philippe Blondel :
   "Quand on part d'un matériau autobiographique, on se pose sans cesse la question -et Delphine de Vigan se la pose aussi : est-ce que cela peut faire un livre? Est-ce que les autres peuvent y entrer? la condition, c'est justement ce combat mot à mot. Sinon, ils sont face à une matière figée et restent en dehors. Oui, il faut que le combat se fasse matière vivante pour que les autres puissent y entrer." (Laurence Tardieu).

   
   A trop vouloir éviter le pathos d'une situation extrêmement violente, à coups de phrases juxtaposées qui tiennent le lecteur à distance, Blondel a raté son coup avec moi. J'ai lu ce roman sans déplaisir jusqu'au bout mais en restant totalement en dehors.

critique par Cathulu




* * *