Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'île aux chimères de Norman Lewis

Norman Lewis
  Comme à la guerre
  L'île aux chimères

Norman Lewis est un écrivain britannique (1908-2003)

L'île aux chimères - Norman Lewis

Sérieusement drôle
Note :

    Le livre s'appelle "L'île aux chimères" et son action se déroule dans une petite île de l'archipel des Canaries après la guerre, île qui jouit d'une certaine autonomie, ce qui permet aux notables de ne pas trop se soucier du gouverneur jacobin en poste à Vedra. Ainsi le chef de la police, le représentant de l'Eglise, celui des propriétaires et les autres vivent leurs petits trafics, leurs alcôves et leurs petits secrets sans que tout cela ne tire vraiment à conséquence. Société un tantinet médiévale mais où les yeux et les oreilles savent se fermer Vedra vogue ainsi sur l'Atlantique et espère continuer.
   
    Mais le temps à tous se plaît à faire un affront et la petite île, non pas paradisiaque, mais où "l'on s'arrange" va finir par basculer dans une certaine modernité qui prendra l'habit d'une compagnie de pêche de la métropole espagnole, mettant ainsi en péril le subtil équilibre de Vedra, jusque là épargné.
   
   Peut-être, mais ce n'est que mon avis, est-il possible de rapprocher cette délicieuse chronique, souvent hilarante d'autres écrivains "de la bougeotte" comme Redmond O'Hanlon l'auteur du "Voyage à Bornéo". Humour et causticité garantie comme le Graham Greene de "Notre agent à La Havane". Le cinéma anglais (surtout les studios Ealing dans les années cinquante) est aussi une parfaite émanation de ce climat où la perfide Albion essaie toujours de tirer son épingle du jeu, "Passeport pour Pimlico", "L'homme au complet blanc", "La souris qui rugissait".
   
    Bien que gallois, Lewis est doté d'une solide drôlerie, de celle des PG. Woodhouse ou plus tard Tom Blott. On sait depuis longtemps que Gallois, Ecossais, Irlandais et même Anglais ne sont d'accord sur rien, sauf quand il s'agit d'être drôles mais très sérieusement, attention.

critique par Eeguab




* * *