Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le retour de Bernhard Schlink

Bernhard Schlink
  Le liseur
  La circoncision
  Le week-end
  Le retour
  Amours en fuite
  La Femme sur l’escalier

Bernhard Schlink est un écrivain allemand né en 1944 à Bielefeld (Allemagne).

Le retour - Bernhard Schlink

L'odyssée du Retour
Note :

    Livre déroutant que "Le retour" du berlinois Bernhard Schlink, tenant du roman d'apprentissage et de la quête du père, et surtout du thème de L'Odyssée, du retour à la maison. Nous savons tous maintenant que si Ulysse a mis dix ans pour retrouver Ithaque c'est qu'il a musardé, peu pressé semble-t-il de retrouver cette chère Pénélope et ses soucis quotidiens.
   
   Le jeune Peter a retrouvé les traces de celui qu'il pense être son père. Mais il y a eu la Guerre et dans cette Allemagne bientôt divisée en deux il lui est bien ardu de savoir la vérité sur ce père absent, lointain, irréel et ce n'est pas sa mère, étrangement aphasique à ce sujet qui peut le renseigner. La tendresse il l'aura trouvée chez ses grands-parents maternels, relecteurs de romans populaires qui vont orienter les recherches du jeune Peter. Sous influence littéraire certes Peter va remonter un fil d'Ariane qui s'avèrera une via dolorosa dont sa rencontre avec Barbara souffrira, entre remises en question et abandons.
   
    Point par point, pierre par pierre, il reconstituera le puzzle de ses origines et tout au long du roman nous assistons aux recherches entreprises par Peter, devenu spécialiste des questions de loi et de justice (comme Schlink lui-même professeur de droit et magistrat), pour connaître la vérité. Mais au bout d'une enquête en chausse-trapes la rencontre s'avèrera rude et très surprenante. On ne sera pas étonné de voir dans "Le retour" une réflexion très serrée sur la notion de culpabilité, inhérente à tout romancier allemand depuis soixante ans. Et si à force de déconstruire l'Histoire se pointait quelque chose qui ressemblerait au révisionnisme. Je m'empresse de préciser que ceci concerne le roman, absolument pas le grand écrivain qu'est Bernhard Schlink dont on n'a pas oublié "Le liseur" ni les nouvelles d'"Amours en fuite".

critique par Eeguab




* * *