Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Plage de Marie Sizun

Marie Sizun
  La femme de l'Allemand
  Plage
  Un léger déplacement
  La maison-guerre

Marie Sizun est un auteur français née en 1940.

Plage - Marie Sizun

Dans ce (petit) pavé, la plage
Note :

   « Mais samedi existerait-il? »
   
   Une femme encore jeune attend sur une plage bretonne l'homme marié et en âge d'être son père qui a promis de la rejoindre dans une semaine.
   
   "Encombrée par [ses] souvenirs", Anne observe les gens autour d'elle et leur comportement, leurs paroles font écho et la renvoient à sa situation de petite fille tiraillée entre un père, aimant mais volage, et une mère aigrie et mal aimante. Le temps de l'attente sera finalement celui de la réflexion et quoi qu'il arrive, Anne aura enfin grandi, se sera frottée aux autres et aura pris la mesure de ses possibilités.
   
   Il ne se passe presque rien en apparence mais jamais le lecteur ne s'ennuie en suivant le parcours de cette femme en dormance qui va peu à peu explorer son univers mental et s'ouvrir aux autres, délaissant les romans, aux titres évocateurs, qu'elle avait emportés...
   
   Le style, tout en précision de Marie Sizun accompagne cet éveil sans tambour ni trompettes mais avec beaucoup de délicatesse. Une très jolie découverte!
   
   
   Présentation de l'éditeur:
   
   "Que fait cette femme seule sur la plage d’une petite station balnéaire de Bretagne? Elle est si discrète qu’elle se fond dans le paysage. Elle observe les gens autour d’elle, semble attendre, mais quoi?
   C’est un homme qu’elle attend. Il doit venir la rejoindre ; il le lui a promis. À la fin de la semaine, il sera là. Il est son amant. Il est marié. Elle veut voir dans sa prochaine venue un choix qu’il assume.
   Alors elle l’attend et trompe son ennui en jouant à la femme en vacances. Mais les jours se succèdent, les nouvelles se font plus rares, plus embrouillées.
   Passant tour à tour de l’inquiétude au désespoir, puis de l’abattement à la colère, elle sortira à jamais changée de cette semaine décisive."

critique par Cathulu




* * *