Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

R comme: Ibicus Tome 1 de Pascal Rabaté

Pascal Rabaté
  R comme: Premières cartouches
  R comme: Ibicus Tome 1
  R comme: Ibicus tome 2
  R comme: Ibicus tome 3
  R comme: Ibicus tome 4
  R comme: Biscottes dans le vent
  H comme: Crève Saucisse

Né en 1961, Pascal Rabaté n'avait même pas 30 ans quand il est parvenu, après des études aux Beaux Arts d’Angers plutôt axées vers la gravure, et quelques emplois, à devenir dessinateur professionnel.
Il en est maintenant à voir son talent tout à fait reconnu ce que divers prix confirment régulièrement.
Il a également écrit des romans pour la jeunesse.

R comme: Ibicus Tome 1 - Pascal Rabaté, Alexeï Tolstoï

Quand le hasard sert l’art.
Note :

   Ibicus est, jusqu’à présent, le chef d’œuvre de Pascal Rabaté, mais quel chef-d’œuvre! Il s’agit de l’adaptation en bande dessinée du roman d’un écrivain russe du nom d’Alexis Tolstoï.
   
   Pascal Rabaté raconte qu’il a trouvé cette édition de 1926 pour presque rien chez un bouquiniste et l’a achetée en confondant les noms et en pensant qu’il s’agissait d’une œuvre méconnue du grand Léon Tolstoï. De retour chez lui, il réalisait son erreur et abandonnait dans un coin l’ouvrage qui avait à ses yeux perdu tout intérêt. Ce n’est que quelque mois plus tard, à court de lecture, il se décidait enfin à voir ce qu’il valait. Le résultat fut fulgurant.
   
   Ce roman d’Alexis Tolstoï a été réédité en 2005 aux éditions Rivages sous le titre «Ibycus (là, avec un y)* ou les aventures de Nevzorov». Je ne l’ai pas encore lu, mais cela fait partie de mes projets.
   
   Pour en revenir à notre bande dessinée, Rabaté totalement captivé dévora le roman en une nuit et fut tellement séduit par ce récit (on le comprend d’ailleurs fort bien en le lisant) qu’il décida d’en faire une version B.D (libre, dit-il).
   
   Cela devait lui prendre cinq ans et se solder par quatre superbes albums qu’il est important de lire dans l’ordre et qui constituent ce chef d’œuvre que je vous annonçais et dont je vous parlerai plus longuement au cours des fiches suivantes car ces 4 tomes et cette œuvre méritent bien 4 fiches de commentaire.
   
   * Fiche sur ce site,
   ↓

critique par Sibylline




* * *



On lui a promis la fortune
Note :

   1917, St Pétersbourg, à l’aube de la révolution bolchevique. Le comte Nevzorov, petit comptable maussade à la vie étriquée, voit ses ambitions grandir le jour où une tsigane lui prédit un avenir où l’argent ne sera plus un problème. Ce grand échassier va poursuivre ce rêve de fortune qui devient son but ultime et lui permet de se relever sans cesse des déboires qu’il essuie. Dans ce contexte historique chaotique, où la ville est à feu et à sang, il deviendra tour à tour gérant de salle de jeu, cocaïnomane, maquereau, agent double et n’hésitera jamais à se servir des gens pour arriver à ses fins.
   
   Le contexte historique est parfois un peu compliqué à suivre pour ceux qui n’auraient pas tout le déroulement des faits en tête, mais ce n’est finalement pas là l’essentiel dans cette épopée. L’intérêt de l’histoire se trouve plutôt dans les nombreuses vies que mène le protagoniste que j’aurais du mal à désigner comme un héros car il est mesquin, opportuniste et médiocre et en même temps tellement humain. Il cherche juste à sauver sa peau et à trouver le bon filon pour faire fortune…
   
   Les dessins, tout en noir et blanc, sont hallucinants, on dirait de véritables tableaux. L’aspect général est un peu flou ce qui confère une dimension assez onirique, mais si on s’attarde devant chaque case, on note la précision de la technique et on constate que chaque trait, chaque ombre a un rôle bien précis. La technique utilisée est le lavis, à mi-chemin entre le dessin et la peinture, qui offre une multitude de nuances malgré un rendu en noir et blanc.

critique par La Dame




* * *