Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Actée ou la Princesse barbare de Lawrence Durrell

Lawrence Durrell
  Actée ou la Princesse barbare
  Un Faust irlandais
  Sappho
  Petite musique pour amoureux
  Le carnet noir
  Cefalû
  Justine - Quatuor d’Alexandrie
  Balthazar
  Mountolive
  Cléa
  Tunc
  Nunquam
  Le Quintette d'Avignon
  Monsieur ou le prince des ténèbres
  Livia ou Enterrée vive
  Constance, ou les pratiques solitaires
  Sebastian, ou les passions souveraines
  Quinte, ou la version Landru
  Esprit de corps
  Un peu de tenue Messieurs!
  Sauve qui peut!
  Affaires urgentes
  Citrons Acides
  Le sourire du Tao
  L’île de Prospero
  Vénus et la mer

AUTEUR DES MOIS D'AVRIL & MAI 2012

Lawrence Durrell est né à Jullundur, dans la région de Darjeeling, en Inde le 27 février 1912 de parents britanniques. Son père, anglais, était ingénieur en génie civil, sa mère était irlandaise. Après avoir été envoyé à Oxford pour y terminer ses études, il connait ensuite une période bohème à Londres.

Il publie son premier texte en 1935 ((Pied Piper of lovers traduit en français en 2012 seulement, Durrell ne désirant pas qu'il soit republié de son vivant).

Il se lie d'une amitié solide avec Henry Miller à qui il avait écrit pour le féliciter de son "Tropique du Cancer". Et s'installe à Corfou.

Durant la guerre de 1939-1945, il se trouve en Egypte où il travaille pour le ministère de l'Information britannique. Après guerre, le Foreign Office l'envoie à Rhodes, puis en Argentine. Il sera également attaché de presse auprès de l'ambassade de Yougoslavie. .

Il enseignera ensuite l'anglais à Chypre où il achètera une maison et tentera de s'installer mais qu'il devra quitter en raison de l'hostilité de la population envers les britanniques, anciens coloniaux.

Il s’installera finalement à Sommières, dans le Sud de la France, en 1957, et c'est là qu'il s'éteindra le 7 novembre 1990, après une crise cardiaque.

Actée ou la Princesse barbare - Lawrence Durrell

L’empire contre-attaque
Note :

   Titre original : Acte, 1965
   Tragédie en trois actes
   
   
   Une tragédie en vers! Rome est en guerre contre les Scythes. Le général Fabius a été envoyé en mission pour s'emparer de la jeune et jolie princesse Actée et la ramener otage de la Ville Eternelle. Fabius lui affirme l'avoir déjà rencontrée : "Lorsque j'avais seize ans et vous dix... Je vous voyais souvent chevaucher votre jument blanche avec un faucon sur le poing." — Il doit penser à Lady Godiva? —Malgré sa quasi-cécité elle le trouve si mignon qu'elle tombe illico amoureuse de lui… après avoir essayé de le poignarder. Amoureux lui aussi, Fabius l'escorte jusqu'à Rome où elle est retenue comme otage au Palais impérial. Le coup de foudre de Fabius n'est pas passé inaperçu de sa femme, Flavia, furieuse de cette trahison bien qu'elle n'aime pas son mari. Pendant sa captivité, Actée reçoit la visite de Néron quand il a des insomnies et qu'il redoute le fantôme de sa mère : il descend à la cuisine du palais et Actée lui propose une collation — "ce même bouillon scythe que mes servantes ont préparé…" et ils font… la conversation (à quelle distance l'un de l'autre? les didascalies n'en soufflent mot).
   
   La perfide Actée, ou plutôt la fière Actée, pense qu'on pourrait facilement supprimer Néron et relancer la révolte scythe ; elle en discute avec Galba son confident ; celui-ci se dépêche de la trahir pour aller savourer sa retraite dans sa villa de Carthage. Fabius et Actée risquent de se retrouver au milieu des fauves du cirque. Heureusement Néron se laisse convaincre d'une autre solution par Pétrone. Provisoirement épargnée, Actée gagne Brindisi : chacun ayant finalement déposé son poignard sur la table, les amants s'embrassent et se quittent. Actée prend le bateau pour le pays dont elle est devenue reine, tandis que Fabius part avec tout ce qu'il faut de légions pour écraser les Scythes — et faire périr Actée au nom de la raison d'Etat. Bientôt vainqueur, le général romain n'emportera pas sa victoire au paradis, car comme Flavia en informe son oncle : "Fabius est désormais un ivrogne désespéré / Il ne recevra plus aucun commandement." De surcroit, l'enfant de Flavia est devenu fou et son oncle se suicide dans son domaine viticole de Toscane. La tragédie est générale! Comme dit Pétrone avant d'en finir avec la vie : "Tout finalement est allé de travers." On ne pourrait mieux dire!
   
   Bref, c'est très en dessous d'une pièce de William Shakespeare. La tragédie ne semble pas avoir été jouée en France du vivant de Durrell ; j'ai seulement trouvé trace d'une représentation à Strasbourg en 1996.

critique par Mapero




* * *