Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le diable de Milan de Martin Suter

Martin Suter
  Le dernier des Weynfeldt
  Le Cuisinier
  Allmen et les libellules
  La face cachée de la lune
  Small world
  Le diable de Milan
  Le temps, le temps

Martin Suter est un écrivain suisse alémanique né en 1948.

Le diable de Milan - Martin Suter

Scotchant ! (ou autre adhésif)
Note :

   "-C'est la vieille question: qu'est-ce qu'on élimine, les symptômes ou les causes?
   - Ou les auteurs? "

   Une femme, Sonia, victime d'hallucinations depuis un "bad trip", échappe à un mari charmeur mais brutal. Elle se réfugie dans un grand hôtel des Alpes suisses où elle pourra exercer son métier de physiothérapeuthe.
   
   Du calme, elle ne veut que du calme, afin de se reconstruire. C'est sans compter sur une série de faits étranges qui semblent corroborer une sinistre prédiction, celle du Diable de Milan.
   
   Climat étouffant, personnages quasi isolés dans cette station où il pleut en continu, l'angoisse monte, à peine troublée par les pointes d'humour acariâtre d'une vieille cliente exigeante qui balance des horreurs avec jubilation.
   
   Avec ce personnage de femme complexe et plus fort qu'il n'y paraît de prime abord, Martin Suter est ici à son sommet! Une grande économie de moyens pour une efficacité maximum, des rebondissements et des retournements de situation parfaitement huilés qui font battre le cœur du lecteur!
   
    311 pages scotchantes!
   
   Mon préféré de cet auteur avec "La face cachée de la lune"
    ↓

critique par Cathulu




* * *



Une consœur sur la montagne
Note :

    C'est la première fois que je lis le Suisse alémanique Martin Suter. Cet auteur a souvent bonne presse et j'ai pris un titre à la B. M., un peu au hasard. Hasard marrant car c'est la première fois que le héros d'un roman, en l'occurrence une héroïne, est une collègue. J'ai donc suivi avec intérêt la saison de Sonia, kinésithérapeute, dans un hôtel alpin de remise en forme, en Engadine, Suisse, l'Hôtel Ganander. Ma jolie consœur, en pleine dépression suite aux violences de son mari maintenant en taule, va vite prendre conscience qu'un village de cure helvétique peut receler bien des surprises. Les curistes sont assez rares en ce début de saison et l'accueil du personnel pas plus que celui des villageois ne sont des plus chaleureux.
   
    Peut-être hypersensibilisée par ses récents traumatismes moraux, Sonia se découvre de drôles de sensations. On dirait qu'elle sent les couleurs, qu'elle voit les sons. Un peu tourneboulée aussi par cette inscription sur une voiture "Le diable de Milan", elle apprend que ce n'est qu'une comptine, un peu étrange et qui semble avoir des échos sur les jours plutôt mornes de la station thermale. Une horloge qui sonne douze coups à cinq heures du matin, une fleur dans le hall qui se dessèche en quelques heures, des bizarreries dans l'univers ouaté et high-tech de l'espace-forme de l'Hôtel Ganander.
   
    Martin Suter s'y entend pour installer son climat d'inquiétude et de mystère. De plus aucune surenchère d'hémoglobine, ce qui est devenu assez rare. Mais là où l'écrivain suisse le plus vendu actuellement excelle, c'est dans la peinture de la vallée, et dans l'observation de la nature et du climat, parfois idylliques mais qui s'encolèrent très vite, comme si sous l'apparente nonchalance helvétique il n'y avait pas que les coffres des banques à contenir de l'explosif.

critique par Eeguab




* * *