Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La circulaire et autres racontars de Jorn Riel

Jorn Riel
  Dès 10 ans: Le garçon qui voulait devenir un être humain
  Le jour avant le lendemain
  Un curé d'enfer et autres racontars
  Heq, le chant pour celui qui désire vivre
  La maison des célibataires
  Le naufrage de la Vesle Mari et autres racontars
  La vierge froide et autres racontars
  La circulaire et autres racontars
  Le roi Oscar

Jørn Riel est un écrivain danois, né en 1931.
Jørn Riel s'est engagé en 1950 dans une expédition scientifique (Lauge koche) pour le nord-est du Groenland, où il passera seize années, notamment sur une base d'étude de l'île d'Ella.
De ce séjour, il tirera le versant arctique de son œuvre littéraire, dont la dizaine de volumes des "Racontars" arctiques, ou la trilogie "Le Chant pour celui qui désire vivre". Dans ces romans, dédiés à son ami Paul-Émile Victor, Jørn Riel s'attache à raconter la vie des populations du Groenland.
Il reçoit en 2010 le Grand Prix de l'Académie danoise pour l'ensemble de son œuvre.
Il vit actuellement en Malaisie à la lisière d'une forêt à Kuala-Lumpur capitale de la Malaisie.
(Wikipedia)

La circulaire et autres racontars - Jorn Riel

Le 9ème volume
Note :

   Présentation de l'éditeur
   
   "Une circulaire gouvernementale annonce la fermeture des stations situées dans l'Arctique. Tous les hommes basés au Nord-Est du Groenland doivent évacuer les lieux et revenir au Danemark. La terrible nouvelle se répand dans la communauté. C'est la consternation chez les irrésistibles trappeurs, incapables de vivre ailleurs que sur ces territoires gelés et sauvages... L'heure est grave pour William-le-Noir et Petit Pedersen, Mads Madsen qui se sait atteint d'un cancer et Anton, médiocre poète qui finira pourtant par retourner, de manière assez inattendue, à son point de départ. Drôles et picaresques, ces racontars sont aussi nostalgiques, tendres et attachants. Avec "La circulaire", Jorn Riel, qui a fait du racontar un genre littéraire à part entière, en a bientôt fini avec le Grand Nord et sa familière île d'Ella. Ce neuvième recueil est l'avant-dernier consacré au "versant arctique" de l'oeuvre de l'écrivain danois".

   
   
   Commentaire
   

   Des racontars, selon Jorn Riel, ce sont "des histoires vraies qui pourraient passer pour un mensonge. A moins que ce ne soit l'inverse". Ces racontars en particulier concernent un groupe de chasseurs du Nord-Est du Groenland, des hommes rudes et fiers, vivant quotidiennement à les températures extrêmes et les immensités glacées. Par contre, nous ne sommes pas dans le "Nature writing" mais plutôt dans un genre ressemblant à nos "Contes de villages", qui mettent en vedette des hommes simples vivant des aventures extraordinaires. Et souvent joyeusement loufoques.
   
   Jorn Riel nous a offert 10 tomes de racontars et celui-ci est le neuvième (et non, je n'ai pas lu tous les autres avant. Je ne comprends pas pourquoi mon petit côté psycho-rigide n'agit pas quand il s'agit des racontars). Ça sent la fin pour notre groupe de chasseurs car une circulaire annonce que la côte sera maintenant fermée et que tous doivent être rapatriés au Danemark. Bien entendu, ça ne fait pas leur affaire. Selon eux, ils mènent la plus belle vie qui soit. Ces adieux (ou presque adieux pour certains) au Groenland sont empreints de nostalgie et même parfois d'un grand mal être, mais le tout sous une forme de récit à la fois drôle et touchant. Certaines scènes et répliques font éclater de rire (juste d'imaginer Anton courir afin de ne pas être ramené ou Siverts avec sa "méthode" pour trouver un endroit pour dormir) car on se les imagine, ces gaillards, en train d'agir selon eux avec la plus grande logique. Logique toute relative, bien entendu.
   
   Nous retrouvons donc avec plaisir quelques uns des hommes rencontrés dans les précédents racontars et plusieurs références sont faites à ceux-ci. Si chaque histoire s'attache à un personnage en particulier, nous les croisons souvent et ils deviennent pour moi réels. Tous les racontars sont bien et j'ai aimé chacun d'eux pour des raisons différentes. J'ai eu de la peine pour Mads (que j'adore), ri avec la tentative de conversion du Groenland par Olav, été incrédule devant les aventures de Petit Peterson, William le Noir et de Lodvig.
   
   Un excellent moment de lecture, très ancré dans ce mode de vie, très groenlandais, sans prétention. Succulent. Et ça de la part d'une fille qui n'est pas très "nouvelles" de façon générale. Ça compte, non?

critique par Karine




* * *