Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Madame Bâ de Erik Orsenna

Erik Orsenna
  La grammaire est une chanson douce
  Portrait du Gulf Stream
  L'avenir de l'eau
  L'Entreprise des Indes
  Sur la route du papier
  La chanson de Charles Quint
  Madame Bâ
  Mali Ô Mali

Erik Orsenna est le nom de plume d'Erik Arnoult, écrivain et académicien français né en 1947 à Paris. Il est Académicien depuis 1998.
Son pseudonyme est tiré d'un roman de Julien Gracq : c'est le nom de la vieille ville du "Rivage des Syrtes".

Madame Bâ - Erik Orsenna

60 ans d'histoire
Note :

   Marguerite Bâ est née au Mali en 1947, sur les bords du fleuve Sénégal. Son petit-fils, Michel a été happé par les sirènes du football et a disparu en France. Pour le retrouver, Madame Bâ doit remplir le formulaire officiel n° 13-0021 de demande de visa. Au fur et à mesure des rubriques de ce formulaire, Madame Bâ se raconte et raconte les siens et son pays.
   
   Quel personnage cette Marguerite Bâ ! Elle raconte son Mali, ses coutumes, "l'Afrique d'aujourd'hui, sans fard ni complaisance". A peine 60 ans de vie dans ce pays et de nombreuses histoires à narrer.
   
   Erik Orsenna, qui connait l'Afrique depuis quarante ans, s'est beaucoup documenté sur le Mali, de telle manière qu'on a parfois l'impression que c'est un Africain natif qui a écrit le livre. Ce qui peut d'ailleurs créer un léger malaise : est-il si bien informé, et raconte-t-il bien ce continent?
   
   Le livre est assez long (500 pages en version poche), mais cette longueur, je l'ai surtout ressentie par mon impatience à connaître la fin de l'histoire et ma volonté de ne pas rater une miette de la vie de Marguerite. C'est évidemment très bien écrit, très abordable et le regard de l'Afrique sur la riche France est original et permet de comprendre l'attirance des jeunes Africains pour les pays du nord.
   
   J'ai voyagé aux fins fonds de l'Afrique avec un guide enthousiaste et pédagogue et qui aime ce continent et ses habitants et qui nous le fait bien ressentir.

critique par Yv




* * *