Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

A vol d'oiseau de Jim Lynch

Jim Lynch
  A marée basse
  A vol d'oiseau

A vol d'oiseau - Jim Lynch

A vol d'oiseau on ne voit guère les frontières
Note :

   "La moitié se mit à pleurer, l'autre moitié à sangloter."
   
   "A vol d'oiseau" est un roman qui bouscule les frontières. Frontière géographique d'abord: celle entre le Canada et les États-Unis, dont le tracé capricieux avait plus ou moins été oublié et qui, sur une partie du microcosme où se déroule l'action, est symbolisée par un fossé que l'on saute allègrement. Oui mais des trafiquants de drogue, des passeurs de clandestins, voire des terroristes, vont changer la donne et faire grimper la paranoïa du côté des États-Unis...
   
   La frontière entre les catégories professionnelles est - elle aussi chahutée: qui aurait pu croire que le héros du roman, Brandon, 210 cm, dyslexique, un peu autiste sur les bords, passionné d'oiseaux (il les identifie et les compte sans arrêt) deviendrait l'un des meilleurs garde-frontières? On n'aurait pas parié un dollar sur lui, pas plus qu'on aurait cru que ses œuvres artistiques, inspirées du Land Art, possédaient une quelconque valeur... En tout cas, il est le seul, dans sa fraîcheur d'esprit à planer au dessus de toutes ces contingences et à poursuivre son chemin entre deux communautés, pleines de gens pittoresques, que la peur de l'autre fait partir en vrille.
   
   Un roman plein d'humour et de tendresse (on ne peut que tomber amoureux de Brandon (et pas seulement parce qu'il sait si bien comprendre les vaches!)), qui ne lésine pas sur les rebondissements et peint ce microcosme avec bonhomie et bienveillance, sans oublier néanmoins une petite touche acide... Un roman dont j'ai tourné de plus en plus lentement les pages pour le faire durer un peu plus longtemps! "On n'oublie pas les moments passés avec Brandon."
   
   424 pages qu'on a peine à quitter !
   
   Titre original : Border songs

critique par Cathulu




* * *