Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 08 ans: Les bonnes manières de Babette Cole

Babette Cole
  Dès 08 ans: Les bonnes manières

Dès 08 ans: Les bonnes manières - Babette Cole

Noblesse oblige
Note :

   A partir de 8 ans
   
   Certes, le graphisme et les textes courts sont parfaitement accessibles à des enfants encore plus jeunes, mais il y a fort à parier alors que l’humour et les clins d’oeils leur échappent totalement et que, de ce fait, ils ne trouvent pas ce livre très amusant. Il en ira autrement quand ils seront plus âgés et jusqu’à un âge franchement trop avancé pour pouvoir encore prétendre sérieusement à l’enfance. J’en suis un exemple.
   
   Pour ma part, j’aime les livres pour enfants qui constituent une entrée en matière permettant d’aborder avec naturel et bonne humeur le sujet dont vous souhaitez débattre avec votre adorable marmaille. Celui-ci en est un excellent exemple. Car il y a bien un moment où il faut le leur dire franchement: Non, on ne peut pas se tenir n’importe comment et voici pourquoi : …
   « Maintenant que vous êtes grands, dit la Comtesse Lupin à ses enfants, il est temps pour vous d’apprendre l’art du savoir-vivre »
   
   Ici, l’effet comique tient au fait que les leçons de bonnes manières sont données par Madame la Comtesse de Lupin à sa progéniture (en particulier l’exubérante petite Comtesse Marie-Charlotte) et que pour être comtes et comtesses, toute cette jolie famille n’en est pas moins une famille de lévriers écossais (en français, «deerhound» eh oui, je sais).
   
   Les déclarations les plus élégamment tournées «Cela peut même vous aider à trouver un bon parti !», s’accompagnent immanquablement de dessins très amusants de ses grands lévriers se livrant aux manières telles que les chiens les comprennent. (On reconnaît cependant les filles de la Comtesse à leur collier de perles et ses fils à leurs nœuds papillons). Toutefois, la race est assez bien choisie car les aristocratiques lévriers évoquent bien généralement une idée de distinction, même s’ils n’y sont pour rien.
   
   Les préceptes énoncés par la Comtesse sont malgré tout tout à fait exacts et mériteraient une meilleure audience car hélas, cette délurée de Marie Charlotte, pour ne pas les avoir suffisamment écoutés part avec un vulgaire corniaud très «mauvais genre» pour revenir quelque temps plus tard, joyeusement accompagnée d’une quantité phénoménale de mignons bâtards. « Oh non ! Marie-Charlotte », gémit la pauvre Comtesse à qui une parfaite éducation permet cependant de ne jamais perdre son calme.
   
   Un peu court, un peu facile, mais drôle et sympa quand même. A déguster avec le sourire.

critique par Sibylline




* * *