Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Chaque soir à onze heures de Malika Ferdjoukh

Malika Ferdjoukh
  Ados: Quatre sœurs
  Dès 09 ans: Trouville Palace
  Dès 10 ans: Aggie change de vie
  Ados: Chaque soir à onze heures
  Dès 09 ans: Sombres citrouilles
  Dès 09 ans: La Fiancée du Fantôme
  Ados: La bobine d'Alfred
  Dès 09 ans: Le Club de la Pluie au pensionnat des mystères
  F comme: Quatre sœurs 1. Enid
  F comme: Quatre sœurs 2. Hortense
  Dès 10 ans: Robin au fond des bois
  Dès 10 ans: Le Club de la Pluie et les forbans de la nuit
  Dès 09 ans: Le Club de la Pluie contre Satin-Noir
  Ados: Chaque soir à 11 heures

Malika Ferdjoukh est une écrivaine française née en Algérie en 1957.

Ados: Chaque soir à onze heures - Malika Ferdjoukh

Pas de chichis, j'en veux aussi!
Note :

   "Si c'est ça grandir, je me pends tout de suite."
   
   Willa Ayre croit être insignifiante. Elle a pourtant attiré l'attention du beau gosse du lycée, Iago. Mais à une fête, notre héroïne rencontre un garçon ténébreux, marqué par le destin, Edern. A partir de cet instant, la vie de Willa va prendre une tournure étrange et dangereuse... Aïe aïe aïe, clichés vous voilà? Que nenni!
   
   Amour, suspense mais aussi humour, inventivité langagière, rebondissements en cascade sont au rendez-vous dans ce nouveau roman de Malika Ferdjoukh. Un bon gros roman, 402 pages, comme on les aime, plein de personnages haut en couleurs, parfaitement croqués, naviguant entre la famille Adams (la maison d'Edern est à elle seule quasiment un personnage) et une vie quotidienne ancrée dans une réalité très enjouée sans pour autant sombrer dans la guimauve. On sourit, on s'émeut, on fait durer le plaisir car l'auteure revisite les codes du cinéma d'horreur façon classiques en noir et blanc, le tout sur des airs de jazz qu'on a illico envie d'écouter!
   
   Malika Ferdjoukh a le chic pour nous donner envie de faire partie de ces familles où le bizarre et l'humour sont de règle : une mère qui cornaque des Miss en province (rien à voir avec une certaine Geneviève), un père artiste qui donne à ses œuvres des titres improbables comme "Obturation de l'espace temps" , une famille d'enfants vivant seuls dans une grande et vieille maison sous l'autorité bienveillante d'un aîné (tiens tiens, clin d’œil aux "Quatre sœurs"?!) . Willa est un personnage fort qui navigue avec grâce dans un univers qui tient à la fois du gothique et d'une réalité jamais édulcorée (toujours évoquée avec délicatesse), le tout saupoudré d'un humour inoxydable.
   
   Un grand bonheur de lecture à chiper à nos filles ou à s'offrir sans chichis!
    ↓

critique par Cathulu




* * *



Irrésistible thriller-romance
Note :

   Willa est une lycéenne comme les autres, en somme tout à fait banale avec un physique agréable. Elle vit seule avec sa maman et est souvent confrontée à la multitude des maîtresses de son père qui défilent dans sa vie à une vitesse éclair. Mais Willa est très heureuse car Iago, le mec le plus séduisant et craquant du lycée l'a choisie, elle, parmi tant d'autres. Iago est le frère de sa meilleure amie Francesca, des jeunes issus d'un milieu parisien bourgeois. Ce soir, Francesca fête son anniversaire et tout le monde se prépare. Alors que la soirée bat son plein, Willa fait la connaissance du ténébreux et taciturne Edern. Dès lors, Willa va devoir faire des choix qui la conduiront à découvrir des secrets de famille bien enfouis et à la mettre en danger...
   
    Difficile de résumer l'intrigue de ce polar aussi tentant que romantique, premier de la collection Emotions chez Flammarion paru initialement en 2011. Chaque roman de cette collection sera basé sur un sentiment exploré avec précision et intensité. C'est Malika Ferdjoukh avec sa plume introspective et efficace qui ouvre le bal en nous parlant d'amour. Si le début de "Chaque soir à 11 heures" nous plonge dans la vie quotidienne de Willa, une adolescente parisienne, entre tourments amoureux et jeunesse lycéenne, le récit prend vite des allures de thriller romantique. Heureusement car la description de la fête d'anniversaire et le côté friqué de Fran m'a ennuyée. J'ai commencé à avoir peur puis un miracle est survenu : l'inconnu, Edern. A partir de ce moment, ma curiosité était piquée au vif, la tension est montée et je n'ai plus lâché ce roman étonnant.
   
    Pour notre plus grand bonheur, on voit les liens se tisser entre Willa et Edern autour d'une complicité qui va bien au-delà des mots. Edern, jeune homme taciturne, solitaire et distant a beaucoup de charisme. Il est très loin du cercle d'amis "bobos" de Willa et amène à sa façon une dose de mélancolie, de profondeur, de maturité et d'authenticité à l'intrigue. Il faudra rajouter toute la palette de personnages tour à tour drôles, attachants, menaçants qui gravitent autour de Willa. La famille d'Edern cache un lourd secret dont les répercussions sont non seulement palpables à travers les regards, les non-dits mais également visibles. Une ambiance à la Jane Eyre se dégage de la maison obscure, repliée sur elle-même tout au fond de l'impasse. Chaque soir à 11 heures, par un phénomène étrange et peu rassurant, l'horloge s'arrête et coupe le souffle à la petite sœur d'Edern, apeurée. Mention spéciale pour cette petite Marni dont le vocabulaire est plein de fraîcheur, de légèreté et d'humour.
   
    Le récit embarque le lecteur dans une ambiance énigmatique et mystérieuse au rythme haletant, entre thriller, romance, suspense et frissons. C'est un excellent roman, prenant et fascinant où l'émotion et l'intensité sont de rigueur. Rares sont les auteurs à savoir conjuguer les registres avec une telle maîtrise. J'ai été totalement charmée par la tournure originale et atypique que prenait le roman. Malika Ferdjoukh réussit encore à nous surprendre, alors que l'on pensait lire une simple histoire d'amour d'ados, elle va bien plus loin et nous offre une intrigue aussi irrésistible que touchante. COUP DE CŒUR. Bluffant et épatant.
   Et en plus la couverture de réédition est absolument superbe!

critique par Laël




* * *