Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La quête de Sana de Richard Zimler

Richard Zimler
  La quête de Sana

La quête de Sana - Richard Zimler

Quand on aime, on ne compte plus...
Note :

   La quatrième de couverture est parfaite, donc la voici:
   
   Février 2000. Richard Zimler, l'auteur du "dernier Kabbaliste de Lisbonne", est en Australie. Il y rencontre une femme qui lui dit combien Le Kabbaliste a compté dans sa vie. Le lendemain, sous les yeux de l'écrivain, elle saute par la fenêtre de sa chambre d'hôtel.
   Richard Zimler, bouleversé par ce suicide, décide d'en savoir plus sur cette inconnue, de comprendre ce qui a pu la pousser à ce geste de désespoir.
   Ce qu'il va découvrir, c'est d'abord une formidable histoire d'amitié entre Helena, d'origine juive, et Sana, d'origine palestinienne. Nées toutes les deux en 1946 à Haïfa, elles auront connu pendant près d'un demi-siècle, en dépit des déchirements entre leurs deux peuples, une vraie complicité.
   Nombreux sont cependant les secrets et les zones d'ombre qui entourent leurs existences, et l'enquête de Richard Zimler prendra vite un tournant imprévu qui le mènera dans les coulisses du terrorisme international."

   
   
   Une fois bien calée dans ce roman, je ne l'ai plus guère lâché. Les nombreux détails autobiographiques que l'auteur y insère sonnent vrais et contribuent à donner à cette histoire une authenticité troublante. Même si je ne l'ai quand même pas suivi pour les cassettes video de la fin du livre...
   
   Richard Zimler (le personnage, l'auteur...) recueille des renseignements, surtout d'Helena, fragile et complexe, et tout au long surviennent des rebondissements. On lui cache des choses importantes, il se sent manipulé, il va de découverte en découverte. Il ne sait plus que penser, il persévère.
   
   Une bonne histoire, des personnages plein d'ombres, un peu d'Histoire mais pas trop, voilà un bon roman qui tient ses promesses et laisse aussi des questions sans vraies réponses...

critique par Keisha




* * *