Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La dispute de Barcelone de Nahmanide

Nahmanide
  La dispute de Barcelone

Rabbi Moïse ben Na'hman dit Nahmanide (ou Ramban). Rabbin espagnol(1194 - 1270).

La dispute de Barcelone - Nahmanide

Une discussion qui ne date pas d'hier
Note :

   Très intéressante controverse que cette Dispute qui eut lieu à Barcelone au mois de juillet 1263 durant quatre jours consécutifs.
   
   Rabbi Moïse ben Na'hman dit Nahmanide (ou Ramban), figure prestigieuse du judaïsme espagnol au XIIIè siècle, est sommé par le roi d'Aragon, Jacques Ier, de répondre à la demande des Dominicains : ils veulent débattre avec Nahmanide de trois principaux thèmes "le Messie est-il déjà venu?", "Est-il homme ou Dieu?" "Qui détient vraiment la Torah?" (et accessoirement "le Messie a-t'il souffert et est-il mort pour le salut du genre humain?")
   L'enjeu est colossal.
   Si le Messie n'est pas encore venu, la Chrétienté s'est fourvoyée avec un manant nommé Jésus. Si, en revanche, le Messie est bel et bien venu, ce sont tous les juifs qui sont dans l'erreur la plus totale et il est temps qu'ils se convertissent.
   
   Ce ne sont pas des arguments de philosophes païens mais des arguments tirés des textes religieux et en cela, Nahmanide est assez percutant. Trop, certainement car à l'issue de cette joute verbale, les Dominicains obtinrent que les livres juifs remettant en cause l'orthodoxie chrétienne soient brûlés, que le Talmud soit expurgé des lignes offensant la chrétienté et que Nahmanide soit banni du royaume.
   
   Les auteurs ont décidé d'ajouter à cette dispute, le "Commentaire sur Ésaïe" du même Nahmanide. Commentaire que ce dernier désirait faire publiquement au cours de la dispute mais que ses contradicteurs ont refusé.
   
   Pour les chrétiens, Ésaïe annonce l'arrivée du (d'un?) messie et chez les juifs, évidemment pas.
   
   Ce chapitre d'Ésaïe (52:13 à 53) ne cessera d'alimenter la controverse entre juifs et chrétiens durant tout le moyen-âge, controverse alimentée par Origène dès le début du IIIè siècle.
   
   On peut raisonnablement penser que les controverses et les interprétations ont été lourdement favorisées par le barrage de la langue! Le Livre d'Ésaïe a été écrit en hébreu et quand on sait à quel point le commandement "Honore ton père et ta mère" est un sacré raccourci par rapport à l'original : "Donne du poids* à ton père et à ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne."... On peut se poser des questions!
   
   (* littéralement "lourd ton père, lourde ta mère..." [Voir Daniel Sibony "Les trois Monothéismes"].
   
   Ce qui donne lieu à bien d'autres interprétations puisqu'il n'existe pas d'équivalent en latin ou en grec pour cette expression hébraïque. Le plus proche étant peut-être "alourdir". Mais ce pourrait être aussi "étoffer". La chrétienté retiendra "honorer".
   
   Je propose une toute nouvelle version : "lourder" ! beaucoup plus drôle et qui prend tout son sens en psychanalyse!)

critique par Cogito




* * *