Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Purple cane Road (Dave Robicheaux - 11) de James Lee Burke

James Lee Burke
  Purple cane Road (Dave Robicheaux - 11)
  Le bagnard et autres nouvelles
  Dans la brume électrique avec les morts confédérés (Dave Robicheaux - 6)
  Le brasier de l'ange (Dave Robicheaux - 8)
  Dixie city (Dave Robicheaux - 7)
  Prisonniers du ciel (Dave Robicheaux - 2)
  Une tache sur l´éternité (Dave Robicheaux - 5)
  La rose du Cimarron
  Le boogie des rêves perdus
  Une saison pour la peur (Dave Robicheaux - 4)
  Sunset limited (Dave Robicheaux - 10)
  La pluie de néon (Dave Robicheaux - 1)
  Cadillac juke-box (Dave Robicheaux - 9)
  Bitterroot
  Heartwood
  L'Emblème du croisé (Dave Robicheaux - 14)
  Dernier tramway pour les Champs Elysées (Dave Robicheaux - 13)
  Vers une aube radieuse
  Jolie Blon’s Bounce (Dave Robicheaux - 12)
  La descente de Pégase (Dave Robicheaux - 15)
  Jésus prend la mer
  Black cherry Blues (Dave Robicheaux - 3)
  La moitié du paradis
  Déposer glaive et bouclier
  Dieux de la pluie
  Creole Belle (Dave Robicheaux - 19)
  L’arc-en-ciel de verre (Dave Robicheaux -18)
  Swan Peak (Dave Robicheaux - 17)
  La nuit la plus longue (Dave Robicheaux - 16)

James Lee Burke est un écrivain américain de romans policiers, né à Houston (Texas) en 1936.
Il vit entre New Iberia (Louisiane) et Missoula (Montana).
Diplômé de littérature américaine, il enseigne à l’université du Missouri.
Après avoir habité longtemps en Louisiane, il réside actuellement à Missoula (Montana)

Purple cane Road (Dave Robicheaux - 11) - James Lee Burke

Louisiana !
Note :

   Dernier Dave Robicheaux en date. Et JL Burke n'y va pas de main morte, Dave Robicheaux est amené, au détour d'une enquête, à retrouver la trace de Mae, Mae Robicheaux, qui n'est autre tout de même que la maman de Dave, qui les a quittés, son père et lui, quand il était petit. JL Burke nous en a abondamment parlé dans ses volumes antérieurs, faisant référence à ce traumatisme de l'enfance pour expliquer des dérives de Dave; son alcoolisme, sa violence?
   
   Là il fait très fort, il obtient incidemment des infos sur l'assassinat de sa mère. Car bien évidemment elle est morte, de manière violente. Ce serait trop facile!
   
   Le lancement de Purple Cane Road est magnifique. Ca tourne comme des bielles bien huilées tout au long des 80% du récit. Ca s'emballe un peu sur la fin, donnant une impression de « il faut boucler avant la 329ème page » ! Et ça descend ; les morts, et les actes de violence. Peut être un des épisodes de Dave Robicheaux les plus violents (en nombre de cadavres) que j'ai lus...
   
   Et toujours l'écriture, le positionnement de JL Burke dans son monde: la Louisiane. Vous savez la Louisiane, là où un cyclone a tout ravagé il y a peu... Un petit extrait? C'est Dave Robicheaux qui explique :
   « A l'âge de 19 ans, j'avais travaillé au large, sur une barge sismographique que les ouvriers du pétrole appelaient camionnette. C'était l'été 1957, l'été où l'ouragan Audrey avait provoqué, sur le Golfe du Mexique, un raz de marée gigantesque qui avait frappé la ville de Cameron en Louisiane, et l'avait effacée de la surface de la terre, en tuant des centaines de personnes.
   Des semaines durant, on retrouva des cadavres dans les fourches des gommiers du marais ou dans les îlots de cyprès déracinés de leurs marécages et partis flotter jusque dans le Golfe. Parfois, les longs câbles d'enregistrement gainés de caoutchouc que nous tirions depuis la poupe et le proue du « cruchon », notre barge de forage, s'accrochaient aux branches d'un arbre submergé au beau milieu d'une baie ou d'une rivière. Un membre de l'équipage était alors obligé de descendre pour les dégager.
   ...
   Tard un après-midi de juillet, je descendis à 5 mètres jusqu'à toucher le tronc lisse et boueux d'un énorme cyprès. J'avançai à tâtons le long de l'écorce et me cognai à l'amas de radicelles d'où je dégageai le câble en le faisant glisser de la racine centrale.
   Un nuage de boue grisâtre pareil à un champignon se leva autour de moi, comme si je venais de déranger une enveloppe d'air froid prise au piège du labyrinthe de racines. Soudain le corps d'une femme se dressa au sortir de la vase et vint se coller à moi, sa chevelure glissant sur mon visage, sa robe flottant au-dessus de ses sous-vêtements, les bouts de ses doigts bagués venant effleurer ma bouche.»

   
   Au bilan un épisode qui s'inscrit parfaitement dans la continuation de tout ce qui précède, et qui donne un élément de ce que sera le prochain, pensé-je!
   
   
   Série Dave Robicheaux
   
   1. La Pluie de néon, The Neon Rain (1987)
   2. Prisonniers du ciel, Heaven's Prisoners (1988)
   3. Black Cherry Blues, Black Cherry Blues (1989)
   4. Une saison pour la peur, A Morning for Flamingos (1990)
   5. Une tâche sur l'éternité, A Stained White Radiance (1992)
   6. Dans la brume électrique avec les morts confédérés, In the Electric Mist with Confederate Dead (1993)
   7. Dixie City Jam (1994)
   8. Le Brasier de l'ange, Burning Angel (1995)
   9. Cadillac Jukebox (1996)
   10. Sunset Limited (1998)
   11. Purple Cane Road (2000)

   12. Jolie Blon's Bounce (2002)
   13. Dernier tramway pour les Champs-Élysées, Last Car to Elysian Fields (2003)
   14. L'Emblème du croisé, Crusader's Cross (2005)
   15. La descente de Pégase, Pegasus Descending (2006)
   16. La nuit la plus longue, The Tin Roof Blowdown (2007)
   17. Swan Peak (2008)
   18. The Glass Rainbow (2010)
   19. Creole Belle (2012)
   20. Lumière du monde, Light of the World (2013)

critique par Tistou




* * *