Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Small world de Martin Suter

Martin Suter
  Le dernier des Weynfeldt
  Le Cuisinier
  Allmen et les libellules
  La face cachée de la lune
  Small world
  Le diable de Milan
  Le temps, le temps

Martin Suter est un écrivain suisse alémanique né en 1948.

Small world - Martin Suter

Bonne mémoire, mauvais souvenirs
Note :

   "Une vie comme celle qu'il avait menée n'était supportable que si l'on avait appris dès l'enfance à tout refouler."
   
   
   "Small world! Que le monde est petit!" a l'habitude de s'exclamer le sexagénaire Conrad Lang quand il n'identifie plus les personnes qu'il rencontre. Un moyen de masquer ses troubles de mémoire, troubles qui seront bientôt identifiés comme étant les signes de la maladie d'Alzheimer.
   Pas de chance vraiment pour celui qui venait de secouer le joug de sa relation maître/esclave avec celui avec qui il avait été élevé par caprice, fils de milliardaire, lui qui n'était que le fils d'une servante. Son seul désir étant d'exister aux yeux de ce tout petit monde des richissimes familles suisses au sein desquelles il évolue, plus toléré qu'apprécié.
   
   Mais ses troubles de mémoire font ressurgir, sous forme de retours en arrière des souvenirs de son enfance et cela va s'avérer bientôt très dangereux pour le vieil homme...
   
   Utiliser la maladie d'Alzheimer comme moyen d'éclairer un passé qu'on a tout fait pour étouffer voilà un ressort dramatique efficace et Martin Suter, dans son premier roman, ne l'exploite pas de manière mécanique mais pleine d'empathie pour ce vieil homme déchu, alcoolique qui deviendra, sans vraiment s'en rendre compte un appui libérateur pour une jeune femme.
   
   Un portrait émouvant mais jamais pathétique et une intrigue qui tient en haleine le lecteur, jusqu'au rebondissement final. Un sans faute pour ce "thriller familial" comme l'appelle le réalisateur Bruno Chiche!
   
   359 pages addictives.

critique par Cathulu




* * *