Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les filles de l’ouragan de Joyce Maynard

Joyce Maynard
  Long week-end
  Les filles de l’ouragan
  Et devant moi, le monde
  Baby Love
  Une adolescence américaine - Chronique des années 60
  L'homme de la montagne
  Les règles d'usage

Daphne Joyce Maynard est une écrivaine américaine née en 1953.

Les filles de l’ouragan - Joyce Maynard

Sœurs d’anniversaire
Note :

   "Mon corps s’accordait si bien au sien qu’il suffisait qu’il me touche pour que je fonde."
   
   
   Les soirs de tempête, Edwin, pompier volontaire, est toujours appelé. Les ouragans font en général de gros dégâts et il faut être sur le terrain pour éviter le pire.
   
   Ruth est un bébé de l’ouragan, c'est-à-dire qu’elle est née neuf mois après la tempête qui a touché la petite bourgade dans laquelle elle a toujours vécu. Ironie du sort, elle n’est pas la seule petite fille à naitre ce jour là. Dana Dickerson voit le jour deux heures après elle, chose d’autant plus insolite qu’elles vivent dans une toute petite agglomération. Dana est d’ailleurs surnommée par Connie, la mère de Ruth, sa sœur d’anniversaire "Vous deux, les filles, vous êtes venues au monde ensemble. Il est normal qu’on se sente liés".
   
   Pourtant leurs familles peuvent difficilement être plus dissemblables. Ruth vit avec ses quatre sœurs dans une ferme transmise de génération en génération alors que les Dickerson ont "échoué en ville" quelques années auparavant, "venant d’on ne savait où". Dana n’a qu’un frère Ray auquel Ruth n’est pas insensible. Monsieur Dickerson se dit écrivain mais en attendant de pouvoir en vivre, il fait un travail où il est souvent en déplacement et sa femme Val est une artiste dans l’âme, chose qui échappe totalement à la mère de Ruth. Pourtant en raison sans doute de cette naissance "jumelle", la maman de Ruth "tenait à rendre visite aux Dickerson quand nous allions en ville", visites qui ne semblent d’ailleurs pas faire plus plaisir que cela à Val… Pourtant, quand les Dickerson quittent la région, ils continuent à garder des liens, ou plutôt sa mère semble s’entêter à vouloir garder des liens avec cette famille.
   
   Ce roman est un pur délice, il alterne les récits de ces deux sœurs d’anniversaire, Ruth et Dana, qui en plus d’être très différentes, n’ont aussi aucun atome crochu. On se doute dès le début qu’un lourd secret entoure et explique les relations particulières de ces deux familles mais ce n’est qu’à la fin de ce roman que nous apprenons la vérité, qui finalement surprend même si on peut deviner certains éléments au cours du récit.
   
   Ce livre se dévore en une soirée, il est formidablement bien écrit, offre de très beaux portraits de personnages qu’on suit de leur enfance à leur mort. Des portraits de vie avec un destin à la fois beau et tragique. Avec en filigrane de superbes histoires d’amour.
   ↓

critique par Éléonore W.




* * *



L'attrape-sœurs
Note :

   "Les filles de l'ouragan" de Joyce Maynard conte l'histoire de deux fillettes nées le même jour dans le New Hampshire dans les années 50. Signe distinctif : Elles sont "sœurs d'anniversaire" car elles ont été conçues toutes les deux le jour du fameux ouragan qui a dévasté le pays. Un peu mince comme lien surtout pour deux enfants aussi dissemblables, vivant dans des familles si éloignées par l'esprit, les goûts et le milieu social. Les Plank sont des ruraux, conservateurs, et la mère est très religieuse et collet monté. Ils élèvent strictement mais avec attention leurs nombreuses filles. Les Dickerson sont bohèmes, déboussolés, la mère est peintre, le père est un raté, toujours en train de partir sur les routes pour placer une de ses inventions. Tous deux semblent souvent oublier jusqu'à l'existence de leurs enfants, Ray et Dana.
   
   Dana Dickerson au physique ingrat est passionnée par l'agriculture, Ruth Plank, très belle, est artiste jusqu'au bout des doigts; elle adore dessiner. Aucune affinité entre elles et pourtant la mère de Ruth tient à perpétuer ce lien avec obstination même quand les parents de Dana déménagent. Chacune va faire sa vie de son côté jusqu'au moment où va leur être révélé le secret de leur existence.
   
   Je dis tout de suite que ce secret ne m'a pas du tout convaincue! Qu'on le devine très rapidement ne m'a pas trop gênée mais le fait qu'il repose sur la psychologie des personnages par contre oui! Les réactions de chacun me paraissent fausses et l'intrigue invraisemblable. Je n'en dirai pas plus pour ne pas tout révéler.
   
   Par contre j'ai aimé suivre le parallèle entre les deux personnages dont la vie est présentée sous le point de vue de Dana ou Ruth. Il s'agit d'un roman d'initiation réussi dans lequel le lecteur découvre la vie familiale parfois douloureuse de chacune, les relations avec leur père et leur mère respectifs, leurs études, la découverte de l'amour. Les personnages sont attachants et nuancés. Le roman permet de découvrir ce qu'était la vie dans cet état d'Amérique dans les décennies 50 et suivantes. En fait le récit couvre une cinquantaine d'années. Nous explorons des milieux différents qui offrent un beau panorama social. Le contexte historique est présent avec l'assassinat de John Kennedy, la guerre du Vietnam, le mouvement hippie, le concert de Woodstock...
   
   Une lecture agréable que j'ai lue avec plaisir même si elle n'a pas été un coup de cœur.
   
   A propos de Joyce Maynard on parle souvent de JD Salinger avec qui elle eut une liaison quand elle avait 18 ans. Il avait 35 ans de plus qu'elle. C'est pourquoi je ne peux m'empêcher de noter l'immense différence de conception entre "Les filles de l'ouragan" (2012), très classique dans la forme et le style et "L'attrape-cœur", (1951) ce petit brûlot littéraire inclassable, révolutionnaire par son style et ses idées, qui lui aussi traite de l'adolescence, roman qui a enthousiasmé la génération de mes jeunes années bien qu'il ait choqué le public par son langage cru et les thèmes traités. "L'attrape-cœur" reste un chef d’œuvre de la littérature américaine toujours étudié dans les lycées. Je ne l'ai plus relu depuis la fac!

critique par Claudialucia




* * *