Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le seigneur de la montagne de Walter Macken

Walter Macken
  Les vertes collines & autres histoires
  Et Dieu fit le dimanche...
  Le seigneur de la montagne

Régulièrement édité chez «Terre de Brumes» cet auteur est né à Galway en 1915 et y est mort en 1967. Il fut également acteur à l'Abbey Theatre, puis directeur du «An Taihbdhearc», théâtre en langue gaélique de Galway. En plus de ces romans, il est également l'auteur de plusieurs pièces de théâtre.

Le seigneur de la montagne - Walter Macken

Colline avec vue sur l'Ouest
Note :

      Voici une rareté, un livre irlandais non chroniqué par l'ami Yvon Eireann de Lorient
   
     Walter Macken est très méconnu en France, pourtant gourmande de lettres irlandaises. Né en 1915 à Galway, portes du Connemara, il est mort en 67. Son recueil de nouvelles "Et Dieu fit le dimanche" est certainement le plus réputé de ses ouvrages, tout en restant assez confidentiel. Publié quelques mois avant sa mort en 67 "Le Seigneur de la Montagne" nous narre le réveil économique, encore balbutiant, de la verte Erin dans les années cinquante.
   
    Près de Galway, très à l'Ouest de cette terre, Donn est le précurseur de cet essor et ses méthodes ne plaisent pas à tous. Pourtant une relative unanimité le soutiendra un temps. Mais "Dès qu'il y a des hommes les sept péchés capitaux sont là aussi" et la vallée va se mettre à l'heure meurtrière. Que peuvent l'amour et l'amitié quand se dressent face à l'océan les sœurs hideuses, la haine et la vengeance?
   
     Macken à l'évidence aime sa terre d'Occident et ses habitants. Le pire n'est donc pas sûr et on se prend à rêver que les choses se passeront finalement pas trop mal. Je n'ai rien lu d'autre de Walter Macken mais il me semble plutôt un conteur optimiste et rien n'ébranle vraiment sa foi en son Irlande. Sans angélisme mais sans noirceur "Le Seigneur de la Montagne" se déguste comme un vieux whiskey, en chantant "Molly Malone" bien que Dublin soit assez loin.

critique par Eeguab




* * *